UTB-BTCI : le gouvernement abandonne la fusion et opte pour la privatisation

0

(24hinfo)-Le Conseil des ministres a adopté mercredi 3 octobre, deux projets de loi portant autorisations de la privatisation de la Banque Togolaise pour le Commerce et l’Industrie (BTCI) et l’Union Togolaise de Banque (UTB).

L’adoption de ces projets de loi s’inscrit dans le cadre de la politique, de réformes et de libéralisation, de l’économie togolaise engagée depuis 2006, par le gouvernement et traduite par la décision de se désengager des quatre banques à capitaux publics, en l’occurrence la BTCI, l’UTB, la BTD et la BIA-Togo.

Le processus déclenché à la suite de l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi portant désengagement de l’Etat et d’autres personnes morales de droit public des entreprises publiques, a permis à l’Etat de privatiser la BTD et la BIA-Togo.

La BTCI et l’UTB ne sont que les dernières banques sur la liste dont les projets de privatisation viennent d’être adoptés.

Privatisation ou fusion ?

En effet, explique le communiqué officiel du Conseil, le gouvernement dans la recherche des solutions les plus appropriées, avait le choix entre la fusion ou la privatisation.

‘La seconde option à savoir les privatisations de la BTCI et de l’UTB est privilégiée’, explique-t-on, car d’une part, elle cadre avec la volonté du gouvernement de se désengager progressivement des secteurs productifs pour faire place au privé dans le cadre de sa politique de partenariat avec le secteur privé et d’autre part, en raison des opportunités actuelles du marché bancaire et du coût d’opportunité que représenterait la première option pour l’Etat. Ainsi, en application de l’article 61 de la loi n° 2014-014 du 22 octobre 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat, ces opérations de privatisation doivent être autorisées par l’Assemblée nationale.

Pour ce qui concerne le sort des employés, le gouvernement rassure qu’il ‘veillera à la préservation des emplois et des intérêts des employés ainsi qu’à la consolidation du système financier’.

Les projets étant adoptés, ils seront soumis à l’Assemblée nationale pour adoption avant toute exécution.

Laisser un commentaire