Investir dans la jeunesse africaine avant que l’immigration vers l’Europe ne double, déclare Gilbert Houngbo

0

Le chef du FIDA, Gilbert Houngbo souligne la nécessité de rendre la vie rurale rentable.

Les migrations économiques d’ Afrique vers l’Europe entraînées par la pauvreté pourraient doubler au cours de la prochaine décennie, à moins que des investissements urgents ne soient réalisés pour créer des emplois pour les jeunes des zones rurales, a averti le responsable d’un organisme financier des Nations Unies.

La population mondiale devrait atteindre 9,9 milliards d’habitants d’ici 2050 , soit une augmentation de 29%, avec l’essentiel de cette croissance en Afrique, où elle devrait doubler pour atteindre 2,6 milliards.

Gilbert Houngbo , président du Fonds international de développement agricole , a déclaré qu’avec 60% des jeunes Africains vivant en zones rurales, les dirigeants mondiaux doivent donner la priorité à l’investissement dans leur avenir afin de réduire les migrations forcées, de nourrir une population croissante et d’aider les petits exploitants agricoles – qui font face au fardeau supplémentaire du changement climatique – deviennent non seulement autonomes, mais rentables.

Dans une interview accordée au Guardian, il a déclaré: « Si aujourd’hui l’Europe est confrontée à la migration économique [entraînée par la pauvreté], pouvez-vous imaginer l’étendue de la migration dans dix ans, avec le doublement de la population africaine? »

Il a reconnu que bien que 80% de la migration africaine se fasse sur le continent, la migration d’Afrique vers l’Europe augmente .

«C’est très simple», a déclaré Houngbo. «Si nous ne prenons pas d’action décisive maintenant, nous nous attendons à ce que les niveaux de migration doublent en Afrique et en Europe. Cette projection me rend très inquiète et les nations européennes et les États membres des Nations unies devraient penser à investir dans la transformation rurale. ”

L’ancien Premier ministre du Togo a ajouté: «Depuis trois ans, le rapport sur l’ état de la sécurité alimentaire et de la nutrition montre que le niveau d’insécurité alimentaire et de malnutrition a augmenté après des décennies de baisse.

«Si ces investissements ne sont pas là à un moment où le changement climatique est aussi une pression et lorsque la population augmente, il est très clair que des régions du monde seront exposées à un risque de famine».

Inscrivez-vous à l’email du feu vert pour obtenir les histoires les plus importantes de la planète
Lire la suite
Houngbo – au Royaume-Uni pour prononcer un discours à Chatham House – a déclaré qu’une approche holistique est essentielle pour éviter que les jeunes Africains ne soient forcés de migrer vers des zones urbaines ou d’autres pays en raison de leur désavantage économique.

«L’investissement dans une agriculture durable est essentiel aux moyens de subsistance des populations rurales et à la sécurité alimentaire, mais il ne suffit pas de faire participer les jeunes générations», at-il déclaré.

«C’est pourquoi nous devons examiner la situation dans son ensemble – les priorités sont les écoles décentes, l’eau potable et les soins de santé de base. Je considère également que l’accès à WhatsApp est un service de base. Les jeunes ont besoin d’avoir accès à la technologie moderne. ”

Il a ajouté que le développement des énergies renouvelables serait également un facteur à prendre en compte, car certains réseaux locaux ne sont pas à la hauteur. « Si vous ne pouvez pas recharger votre téléphone portable ou votre ordinateur portable, il est difficile de faire des affaires. »
Les petites exploitations produisent 50% de toutes les calories alimentaires sur 30% des terres agricoles du monde . En Afrique subsaharienne, 80% des exploitations sont de petite taille . Leur productivité varie, mais ils se caractérisent généralement par des cultures de subsistance en croissance et une ou deux cultures de rapport sur une petite parcelle et reposant presque exclusivement sur le travail familial, les femmes jouant un rôle essentiel.

Avec la bonne approche, les petites exploitations peuvent devenir des entreprises rentables qui approvisionnent les marchés locaux et nationaux, génèrent des excédents et offrent aux communautés un moyen de sortir de la pauvreté et de la faim, selon Ifad, l’institution financière des Nations Unies dédiée aux zones rurales.

Les gouvernements nationaux, la communauté du développement et les partenaires du secteur privé doivent prendre des mesures pour créer les conditions propices à cette réalisation, a déclaré Houngbo. Son organisation doit annoncer son projet de création d’un fonds d’investissement pour les jeunes des zones rurales, disponible dans le monde entier, mais destiné aux jeunes d’Afrique.

Il a ajouté que les montants allaient de 10 000 à 20 000 dollars, jusqu’à un million de dollars, soit un montant supérieur à celui offert par les institutions de microfinance, mais que les jeunes auraient du mal à emprunter auprès d’une banque.

L’Ifad souhaite également encourager les jeunes entreprises et les petites exploitations rurales à développer une résistance au changement climatique. Le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde a augmenté pour la troisième année consécutive en raison de la variabilité climatique.

Il teste actuellement sur le terrain un projet pilote appelé Cachet , qui exploite un mécanisme de couverture visant à protéger les petits exploitants contre la volatilité des prix. Il aide déjà les petits producteurs de cacao au Nigéria et de maïs au Sénégal et vise à se développer pour toucher davantage de bénéficiaires dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le système protège les agriculteurs contre la vente à perte. L’année prochaine, il utilisera des mécanismes de financement pour transférer les risques liés au climat.

Investir dans la formation et l’autonomisation des femmes dans les zones rurales est également essentiel à la transformation des économies rurales. Des recherches ont montré que si les femmes avaient le même accès aux ressources agricoles que les hommes, environ 150 millions de personnes en moins auraient faim.

La moitié des bénéficiaires de l’Ifad sont des femmes qui ont du mal à accéder au financement et à la terre et qui rencontrent des difficultés en matière de succession et de droit.

«Il ne s’agit pas uniquement de former les femmes, il s’agit de leur capacité à s’exprimer dans la vie rurale… il est essentiel qu’elles participent à la prise de décision», a déclaré Houngbo.

«Il s’agit de changer les politiques et le droit de la famille afin que les femmes puissent obtenir l’égalité des droits. De plus, changer les lois est une chose, mais les appliquer dans les zones rurales peut s’avérer très délicat si la société n’y adhère pas ».

Irene Nantale, une entrepreneur de 30 ans du village de Mashiaga, dans le district de Mayuge, dans l’est de l’Ouganda, a participé au projet du projet Ifad pour l’inclusion financière dans les zones rurales et témoigne de ce que les femmes peuvent réaliser avec de petits prêts.

Houngbo a déclaré que sa famille avait connu des difficultés avant de rejoindre une coopérative d’épargne et de crédit en 2013 et d’utiliser son premier prêt pour acheter 50 poulets et une vache.

Lors de sa visite à Nantale en mai, Houngbo avait dans sa ferme 350 poulets, quatre vaches, 12 chèvres et deux employés. Elle avait également investi des capitaux dans l’ouverture d’une pharmacie dans le village, comblant ainsi une lacune vitale dans les services locaux. Elle compte utiliser ses économies pour envoyer ses trois enfants à l’université.

«Nous cherchons au-delà de la sécurité alimentaire. Nous voulons également générer des revenus et des profits», a expliqué Houngbo.

Âgé de 57 ans, il n’est pas étranger à la vie dans une communauté agricole pauvre. Ayant grandi dans la campagne togolaise, il s’est habitué à manquer des repas et à combiner éducation et travaux forcés. À l’âge de 11 ans, il a quitté son village parce que son père voulait lui donner une meilleure éducation dans la capitale.

«J’habitais à 240 km, mais chaque week-end et pendant les vacances, je retournais travailler à la ferme. Les vacances chez nous signifiaient l’agriculture, ce n’était pas des vacances », a déclaré Houngbo.

«Je sais ce que c’est que de vivre avec un seul repas par jour. Mais il est choquant de penser qu’il existe encore 50 ans dans certaines parties du monde. Pour moi, c’est inacceptable et chaque jour, je dois me demander si je fais tout ce que je peux pour éviter cela.  »

Source

Laisser un commentaire