54e Sommet des Chefs d’Etat de la Cedeao : Gnassingbé et ses pairs examinent la situation politique et sécuritaire dans la sous-région.

0

(24hinfo)-La 54e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao s’est ouverte ce samedi 22 décembre dans la salle de congrès de Transcorp Hilton Hôtel d’Abuja au Nigéria. Le président Faure Gnassingbé y prend part aux côtés du président Nigérian Buhari, ivoirien, Ouattara, Ghanéen, Nana Akufo Addo, Guinéen, Alpha Condé, Bissau-Guinéen, burkinabè , Gmabien entre autres.

A l’ordre du jour, l’appréciation et la validation des différents rapports préparés par les instances de la Cedeao.

Ainsi seront soumis aux Chefs d’Etat et de gouvernement, le rapport 2018 de la Commission de la Cedeao présidée par Jean-Claude Kassi Brou, les conclusions de la 41e session ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité, puis les décisions issues de la 81e réunion du Conseil des ministres de la Cedeao.

Ils seront également informés des rapports spéciaux, notamment les Task force présidentielles sur le schéma de la libéralisation des échanges commerciaux de la Cedeao et sur la monnaie unique de l’espace communautaire. Un point leur sera fait sur la situation politique en Guinée-Bissau et au Togo. En marge de ce sommet des Chefs d’Etat, il est annoncé une table ronde des experts et partenaires sur l’interconnexion énergétique pour un développement durable en Afrique.

L’actualité brûlante du retour des biens culturels en Afrique fera l’objet d’une déclaration qui donnera la position de la Cedeao sur cet important sujet.

En tout état de cause, le président de la Commission, Jean Claude Kassi Brou, à l’ouverture de la 81e session ordinaire du Conseil des ministres de la Cedeao, le 14 décembre, à Abuja, au Nigeria, avait renouvelé l’engagement de la direction à exécuter son mandat.

Il présentera donc le rapport annuel de la Communauté et donnera un aperçu de l’évolution des principaux indicateurs politiques, sociaux, économiques et humains de la région, en mettant l’accent sur les questions affectant le schéma de libéralisation du commerce de la région qui constitue la base du marché commun de la région.

Il s’agit notamment des questions sécuritaires qui étaient à l’ordre du jour de la 41e réunion ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité de la Cedeao présidé par le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama.

En effet, malgré l’amer constat selon lequel les élections continuent d’être source de tensions dans la région, le président du Conseil de médiation et de sécurité a tout de même noté des progrès réalisés et des efforts visant à renforcer la démocratie, la paix et la stabilité.

Il s’est donc félicité de l’engagement des Etats à poursuivre des réformes politiques, institutionnelles et sécuritaires « pour améliorer la gouvernance, consolider la démocratie et accroître la participation politique dans un esprit de tolérance et d’inclusivité ».

Il a ajouté que le nouveau projet de règlement financier et le nouveau code des marchés publics seront examinés lors de la réunion. Conformément à la pratique établie, la session examinera également le projet de budget des institutions communautaires pour 2019.

Le président du Conseil des ministres de la Cedeao, le ministre des Affaires étrangères du Nigeria, Geoffrey Onyeama, a souligné aussi que la voie vers la pleine intégration de la région connaît encore par des obstacles en matière de libre circulation des personnes, des biens et des services.

Des recommandations ont été faites à ce niveau et seront soumises au Président de la République fédérale du Nigeria et président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao, Muhammadu Buhari et à ses hôtes qu’il a commencés à accueillir depuis vendredi.

avec Fraternité Matin

Laisser un commentaire