Brigitte Kafui-Adjamagbo-Johnson promet l’alternance en 2020 et de mettre fin au mandat des nouveaux députés

0

(24hinfo)-Invitée dimanche sur la radio Pyramide FM, la coordinatrice de la coalition des 14 devenue coalition des 13 après le départ du MCD de Me Tchassona Traoré-même si les intéressés refusent une telle appellation- a laissé entendre que le regroupement de l’opposition « est toujours en bonne position et compte tout mettre en œuvre pour que l’alternance intervienne au Togo au plus tard en 2020 ».

Pour elle, à l’heure du bilan des actions menées depuis août 2017, il y a eu des acquis mais aussi des ratés. « Il y a eu des acquis qui sont des acquis d’étape. Aujourd’hui, nous avons des acteurs politiques déterminés, qui sont restés ensemble malgré toutes les manœuvres qui ont été déployées pour les diviser », dit-elle, soulignant qu’« il y a eu des erreurs, il y a eu des faiblesses ».

« Mais l’essentiel est là pour qu’en 2019 nous puissions réaliser des avancées. Nous sommes restés soudés. Nous avons pu constater que le peuple lui-même, est resté déterminé pour soutenir les actions de la coalition en laquelle, il se reconnaît. Ceux qui demandent à en voir les preuves, n’ont qu’à se référer à ce qui s’est passé le 20 décembre dernier », déclare-t-elle.

Parlant du grand mouvement citoyen annoncé pour lancer la lutte vers la réalisation de l’alternance au Togo, elle a apporté des précisions. Selon elle cela n’impliquera pas la dissolution de la coalition.

« Nous irons de plus en plus vers un renforcement de cette coalition ; nous allons la structurer, la doter d’outils qui lui permettront d’être plus efficace pour poursuivre le combat. Nous avons appelé à un mouvement citoyen et ce mouvement citoyen on peut le voir de diverses manières », martèle la SG de la CDPA, qui donne rendez-vous pour bientôt sur le format que prendra le mouvement.

L’autre vœu émis par la coordinatrice de la coalition est de parvenir à mettre fin au mandat des députés actuels, dont elle et ses acolytes refusent de reconnaître la légitimité. « Ce qui a été organisé le 20 décembre ne correspond à rien du tout. Les élections doivent être refaites d’une manière ou d’une autre. Il faut que nous retrouvions très rapidement une Assemblée qui soit vraiment représentative et qui est l’émanation des populations. Ceux qui sont restés chez eux, c’est ce qu’ils pensent », déclare-t-elle.

Laisser un commentaire