Numérique : le BRAO-OIF présente trois nouvelles publications

0

Le Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation internationale de la Francophonie (BRAO/OIF), a présenté aux professionnels des médias, trois publications dans le domaine du numérique et du développement, le vendredi 8 février à Lomé, au cours d’une conférence de presse.

Ces publications sont relatives au Rapport 2018 sur l’état de la Francophonie numérique, au Guide pratique de la cybersécurité et de la cyberdéfense et au Guide d’intégration des Objectifs de Développement Durable (ODD) dans les plans locaux de développement.
L’objectif est de présenter ces ouvrages d’intérêt contenant des données pertinentes aux acteurs des domaines concernés afin de leur permettre d’apprécier les enjeux du numérique dans l’espace francophone et des pratiques inspirantes pour la planification locale des ODD.
Selon le rapport, d’importants progrès ont été réalisées en quelques années en matière d’accessibilité, entre autres, aux dispositifs de stockage de données, à la mise en place de services numériques accessibles à moindre coût, notamment dans le domaine la messagerie, l’amélioration des échanges entre réseaux et l’intelligence artificielle. Il ressort que malgré ces impressionnantes avancées, des inégalités subsistent ; les écarts variables entre les pays, les ruraux et les urbains, les femmes et les hommes. Des inégalités d’accès sont observées ainsi au sein de l’espace francophone et au-delà : 60% de la population mondiale n’a pas accès au réseau internet, 4,4 milliards de personnes vivent des avantages économiques et sociaux qu’internet a apportés aux 3,2 milliards de personnes actuellement en ligne.
Néanmoins, les récentes avancées observées surtout dans les Pays les moins avancés (PMA) autorisent à l’optimisme : 47 PMA dont 22 membres de la Francophonie ont lancé des services 3G et plus de 60% des habitants de ces pays sont desservis par un réseau 3G, plus de 80% de la population des PMA vit à portée d’un réseau cellulaire mobile et les prix du haut débit mobile ont chuté de 50% en moyenne au cours des trois dernières années.
Par ailleurs, il est à noter que le rapport sur l’état numérique de la francophonie est présenté suivant quatre axes de la stratégie numérique de la francophonie, à savoir, accompagner l’innovation numérique pour l’intégration des pays en développement dans l’économie numérique mondiale, édifier des sociétés sur les informations ouvertes, transparentes et démocratiques en francophonie, développer l’intelligence numérique au service de la diversité et du partage et produire, diffuser et protéger les biens communs numériques francophones.


Outre ce rapport, l’OIF travaille à mettre à la disposition des acteurs du numérique, des guides pratiques sur des questions précises dont celui de la cybersécurité et de la cyberdéfense. D’après ce guide, la cybersecurité peut avoir des impacts sur les personnes, les organisations et sur l’Etat. Il propose donc quelques mesures de sécurité, telles que le contrôle de surveillance, d’identité, d’accès et le chiffrement des données.
Par rapport au Guide d’intégration des objectifs de développement durable (ODD) dans les Plans locaux de développement (PLD), il révèle qu’il se base sur les expériences d’intégration des ODD dans les PLD des communes pilotes au Burkina Faso et au Togo à travers le Projet francophone d’appui au développement local, Phase II (Profadel/OIF).
Selon le directeur du BRAO/OIF, Dr Eric Adja, dans le cadre de la stratégie de la francophonie numérique horizon 2020, l’OIF a pris l’initiative de soutenir la publication d’un rapport biennal visant à encourager la réflexion et à éclairer les prises de décision. L’édition 2018 du rapport sur l’état de la francophonie numérique souligne, les progrès accomplis au cours de la période 2017-2018 et le chemin à parcourir par les Etats et gouvernements membres de la francophonie.
«  Il y’a donc la possibilité de voir dans ces publications, la sécurité de nos Etats sur l’emploi des jeunes et le développement à l’échelle locale dans les communes », a-t-il indiqué.
Notons que l’OIF compte 88 Etats et Gouvernements, à savoir 61 membres et 27 observateurs. Son BRAO couvre 13 pays de la sous- région, dont le Togo.

24heureinfo et ATOP

Laisser un commentaire