Garba Lompo : « Je suis un homme politique en mission »

0

Mardi   19 février a été publié à Lomé, le livre bilan du mandat du Togo à la présidence de la Cédéao. Un bilan satisfaisant  et  salué  par les acteurs. La rédaction d’un ouvrage pour immortaliser ce passage-cinquième- du genre à la tête de l’organisation sous-régionale  sera   une source  d’inspiration  pour le Gabon et la Guinée qui l’ont  affirmé à travers leurs ambassadeurs lors de la rencontre.

  L’un des chantiers du mandat de Faure Gnassingbé, qui a assuré cette mission était la sécurité dans la sous-région.  Mis à part les attaques terroristes au Burkina Faso et au Mali,  le mandat  de Gnassingbé a été confronté à des crises socio-politiques notamment en Guinée Bissau et au Togo.

  Dans ces deux   pays, la  Cédéao a  mené une facilitation  pour  un règlement pacifique. Au Togo,  deux facilitateurs ont été nommés-les présidents Ghanéen, Akufo-Addo et Guinéen, Alpha Condé-  pour aider les acteurs politiques et le gouvernement. Mais à la fin  elle (la facilitation) a été critiquée  dans sa  forme  que sur le fond.  L’une des victimes  était le représentant permanent de la Cédéao à Lomé, Garba Lompo. Ce dernier dans une interview accordée à certains médias mardi après la publication du livre-bilan  dont 24heureinfo a  répondu à ces détracteurs.

« Je suis un homme politique en mission. Si je n’avais pas été attaqué cela voudrait dire que je n’avais pas bien fait mon travail. Je ne suis pas à mes débats d’attaque et je peux vous dire que j’ai des veines très solides », a-t-il déclaré.

Répondant à la question s’il a pris l’argent chez le pouvoir  pour saboter la lutte des Togolais, il  affirme que c’est ce que les gens pensent qu’il a pris l’argent et c’est ce que certains disent.

« Je ne peux pas empêcher quelqu’un de dire ce qu’il pense. L’objectif principal est d’avancer positivement, avec assurance que ce qui est fait l’est dans l’intérêt de la communauté régionale. C’est ce que des gens pensent et c’est ce que certains disent. Je ne peux pas empêcher quelqu’un de dire ce qu’il pense. L’objectif principal est d’avancer positivement, avec assurance que ce qui est fait l’est dans l’intérêt de la communauté régionale », souligne –t-il.

 Pour ce diplomate, ceux qui l’attaque ignorent   le mode de fonctionnement  de la Cédéao et ne sont  pas totalement matures en politique.

‘Ils peuvent penser ce qu’ils veulent. On ne peut empêcher personne de parler’, ajoute-t-il.

Il se félicite du travail accompli : ‘Je suis satisfait d’avoir contribué à la stabilité sociopolitique au Togo et sur cette base, c’est toute la communauté qui en profite aujourd’hui’.

Enfin, il a confirmé ce que le président Ghanéen a dit recensement sur la situation au  Togo, la facilitation a pris fin mais l’organisation sous-régionale et la facilitation suivent l’évolution de la situation.

Laisser un commentaire