« Je veux l’utiliser pendant quelques années et ensuite, nous envisagerons peut-être d’avoir un autre enfant »

0

Tous les trois mois, Mawoula Dahide rencontre un agent de santé communautaire dans son village du centre du Togo pour recevoir une injection contraceptive unique, puis poursuit sa journée bien remplie. Dahide, 20 ans, a un fils de deux ans et demi et un mari vivant dans la capitale. Elle jongle avec l’apprentissage en adaptant les soins à son enfant.

Après avoir récupéré de la naissance de son enfant, Dahide a essayé l’injection et a immédiatement ressenti un soulagement, sachant qu’elle déciderait quand elle sera à nouveau enceinte. «Je veux l’utiliser pendant quelques années et ensuite, nous envisagerons peut-être d’avoir un autre enfant», a-t-elle déclaré.

Le manque d’accès

Jusqu’en 2013, Dahide et les autres femmes vivant dans le village d’Ilama n’avaient aucun accès à une contraception régulière et son utilisation était parfois considérée avec suspicion, voire même de peur. Dans sa communauté, la première grossesse d’une mère est en moyenne d’environ 16 ans et les femmes peuvent avoir six ou sept enfants au total, contre 4,7 en moyenne nationale, selon les agents de santé locaux.

Cette tendance est en train de changer avec un programme pionnier de l’ Association Togolaise pour le Bien-Être Familial (ATBEF) , qui a formé des agents de santé communautaires à la gestion de la contraception dans les zones rurales où ils vivent. L’ATBEF a concentré sa distribution de contraceptifs dans les communautés pauvres et rurales et avec des cliniques mobiles qui se rendent dans des villages sans aucun agent de santé qualifié. Au Togo, les besoins en contraception non satisfaits atteignent 34% de la population et ce chiffre est encore plus élevé dans les communautés rurales.

L’association fournit un cinquième de la couverture globale en matière de contraception aux couples au Togo, un pays de 7,8 millions d’habitants de l’Afrique de l’Ouest. Parmi les méthodes proposées, il y a un favori: les préservatifs masculins et féminins, la pilule et l’injection contraceptive.

«L’injection est plus utilisée que toute autre méthode. Environ 60% des femmes l’utilisent », a déclaré Félicité Sonhaye, coordinatrice régionale de l’ATBEF pour la région des plateaux du Togo, qui couvre Ilama. Les femmes apprécient la fiabilité et les effets à long terme de l’injection, a ajouté Sonhaye, ce qui leur permet de ne plus s’inquiéter des grossesses inattendues.

De client à défenseur

Dahide est devenue un défenseur de la méthode auprès de ses pairs au sein de sa communauté. «Mes amis reçoivent aussi l’injection. J’étais le premier à commencer à l’utiliser et c’était génial, alors je leur en ai parlé », a-t-elle dit.

Un autre converti à l’injection est le chef du village d’Ilama, Sossou Sagna. Le père de sept enfants a convenu avec sa femme qu’ils ne voulaient plus d’enfants. «J’ai envoyé ma propre femme chercher un planning familial. La dame nous a aidé et cela a très bien fonctionné. J’y suis aussi allée avec la femme de mon grand frère et elle était très satisfaite », a noté Sagna dans un climat frais. «Ma femme a choisi l’injection de trois mois», a-t-il ajouté. Sagna n’avait pas anticipé certains des effets plus larges de l’utilisation croissante de la contraception dans la communauté, qui sont devenus prévalents au cours des deux dernières années.

«Tous les membres de cette communauté sont maintenant conscients que le fait d’avoir une grande famille les pousse vers la pauvreté», a-t-il déclaré. Les familles ont plus d’argent à dépenser pour nourrir et éduquer leurs enfants dans une économie où le coût de la vie ne cesse d’augmenter. Les villageois qui voient Sagna assister à des séances de planification familiale sont également convaincus que les rumeurs sur la contraception qui les rend malades sont fausses.

«L’ignorance était la raison pour laquelle nous avions tant d’enfants ici par famille auparavant. Maintenant, avec les conseils de planification familiale que nous avons reçus, l’espacement des naissances est devenu une réalité et la réduction du nombre d’enfants par famille », a-t-il ajouté.

Les avantages du programme rural ATBEF iront encore plus loin avec l’introduction imminente de Sayana Press, une injection contraceptive que les femmes peuvent s’auto-administrer.

Ecrit par
IPPF

Laisser un commentaire