Togo : 159 hommes ont subi une vasectomie « en trou de serrure »

0

C’est le chiffre communiqué  fin février par l’Association Togolaise pour le bien-être familial (ATBEF).   Au Togo, les hommes   s’inscrivent (eux-aussi) dans la dynamique de la planification familiale. Malgré les tabous  culturels entourant la virilité, ils  ont décidé de faire recours à des solutions à long terme pour limiter le nombre d’enfants qu’ils soutiennent, en particulier en période de récession économique.

Et à ce jour,  ce sont  159 hommes  qui ont subi une vasectomie en trou de serrure.  Comment en est-on arrivé là ? Eléments de réponse.

Yaori Ajossou écoutait la radio avec son épouse à Lomé,  lorsque les discussions habituelles se sont tournées vers un sujet qu’il n’avait jamais envisagé: la vasectomie.

C’était en 2015 et Ajossou, alors âgé de 53 ans, était sur le point de se retirer de sa carrière dans l’armée. Il s’était posé des questions sur la possibilité d’avoir un autre bébé – un septième enfant – mais après le programme, des pensées sur les problèmes de santé de son épouse, âgée de 42 ans, ont commencé à tourner dans sa tête.

Prendre la décision

«Je lui ai dit, pourquoi ne pas aller chercher des informations?», Se souvient Ajossou. Le couple a rendu visite à l’Association Togolaise pour le Bien-Être Familial (ATBEF) et a posé plusieurs questions au personnel: Est-ce que ça ferait mal? Pourraient-ils encore avoir des relations sexuelles après? Était-ce efficace à 100%? La femme de Yaori,  Ami, avait toujours pris les devants en matière de contraception, mais son état de santé fragile était exacerbé par les effets secondaires et elle n’était pas prête à redevenir mère. «Je prenais la pilule mais cela me fatiguait et j’ai arrêté de la prendre jusqu’à ce que je sois de nouveau enceinte», soupira-t-elle. «Ensuite, j’ai pris l’implant, mais ce n’était pas bon pour mon cœur. Je devais le retirer. »

Ajossou a rapidement opté pour une procédure de vasectomie.

Hommes et planning familial

Les campagnes radiophoniques sont le principal moyen par lequel les hommes au Togo entendent parler de la vasectomie dans la langue locale, le mina, et les candidats potentiels suivent de plus en plus les campagnes d’information de l’ATBEF – ainsi que certaines de leurs épouses et petites amies.

Sylvain Bingo M’Bortche , chef de la division médicale de l’ATBEF, s’est dit surpris par le nombre de candidats dans un pays où la masculinité est prisée et où les familles nombreuses restent une marque de fierté et de virilité.

« Nous pensions que les hommes ne l’accepteraient pas, mais nous avons vite compris qu’il existait un besoin non satisfait », a-t-il déclaré. «Des hommes d’autres pays, comme le Bénin, viennent même ici pour bénéficier de vasectomies.»

Selon M’Bortche, la stratégie consiste maintenant à décentraliser les soins dans des zones plus rurales du Togo, où l’accès aux soins de santé est rare et le manque de planification familiale bien pire.

«Nous avons formé des prestataires de services à l’intérieur du pays, à Atakpamé et à Kara», a-t-il déclaré. «Les hommes ne sont pas impliqués dans la planification familiale dans ces communautés. »

Un changement d’attitude

Aujourd’hui au Togo, 870 villages ont souscrit à des plans intégrant des stratégies de santé sexuelle et reproductive, avec des activités de sensibilisation assurées par le biais d’agents de santé communautaires et de cliniques mobiles.

Parfois, les hommes veulent continuer à avoir des enfants pour des raisons culturelles liées au statut supérieur des garçons et finissent par en avoir bien plus que prévu initialement.

«Je voulais trois fils. Mais le premier était une fille. La seconde était une fille. La troisième était une fille », a déclaré Komlau Anaglavi, un homme de 57 ans originaire de Lomé et propriétaire d’une entreprise de broyage de pierres. 
Cinq filles plus tard, Anaglavi a déclaré qu’il était prêt à renoncer à ses efforts et qu’il devait assumer les coûts de l’alimentation et de l’éducation de ses filles dans une économie sous pression.

Les villageois assistent à l’événement ATBEF sur la contraception et la planification familiale à Ilama, au Togo.

«Le coût de la vie aujourd’hui est vraiment élevé. Et si vous voulez que votre enfant réussisse ses études… vous devez avoir de l’argent si vous voulez qu’il aille dans de bonnes écoles », a-t-il déclaré.

Son épouse a entendu parler des vasectomies d’ABTEF et a recueilli elle-même certaines informations avant de demander à son mari s’il envisageait de le faire.

Après de nombreuses discussions, Anaglavi a accepté et, depuis la procédure il y a trois ans, il est devenu quelque chose d’évangéliste. «Maintenant, je suis un avocat pour ça. Je dis à d’autres personnes qu’elles devraient le faire », a-t-il déclaré, ajoutant:« Parfois, vous voulez avoir des relations sexuelles et vous n’avez pas de préservatif à proximité. La vasectomie est vraiment claire et sans danger. Ce n’est pas chère ».

Il arrête également la propagation de la désinformation en indiquant son expérience personnelle et a informé plusieurs hommes qu’il est faux de ne plus pouvoir avoir de relations sexuelles après une vasectomie.

Une génération pour le changement

Une génération d’hommes plus jeune envisagent maintenant la vasectomie plus tôt dans la vie, reflétant la tendance de la ville à avoir un nombre d’enfants plus petit.

L’épouse d’Edem Badagbo est décédée après avoir donné naissance à leur troisième enfant, mais M. Badagbo, 33 ans, a indiqué qu’il poursuivait la procédure pour tenir une promesse qu’ils avaient déjà faite ensemble.

 «Je suis venu demander des informations et ils m’en ont donné beaucoup. J’avais décidé de le faire mais, malheureusement, pendant la période de réflexion, mon épouse est décédée il y a un mois à peine », a-t-il déclaré.

Laissé seul avec trois jeunes enfants, Badagbo cherche maintenant à leur donner la meilleure éducation possible. «Mieux vaut avoir moins d’enfants et pouvoir les soutenir correctement à l’école», a-t-il ajouté, essuyant ses larmes.

24heureinfo et la  Fédération internationale de planification familiale 

Crédit photo, DR

Laisser un commentaire