Jean-Pierre Fabre sème le flou dans les esprits

0

Jean-Pierre Fabre et  son parti ANC  n’envisagent  pas lâcher les députés de la   sixième législature traités en début de semaine de « groupement de malfaiteurs ». La formation politique vient de saisir la Cour Constitutionnelle pour annuler les modifications constitutionnelles  que l’Assemblée a adoptées le 8 mai dernier. Alors qu’en septembre 2017, les députés de son  parti avaient apporté 47 amendements  en plus du  préambule de la Constitution   au  projet   de révision similaire  déposé par le gouvernement, l’ANC trouve en 2019, l’amendement des députés de la VIe législature «  inconcevable, inacceptable et irrecevable » à « moins d’une forfaiture délibérément programmée ».

Le parti dénonce une violation du « règlement intérieur de l’Assemblée Nationale, le droit parlementaire et les procédures d’adoption des lois ». Mais  réagirait-il ou saisirait-il la Cour Constitutionnelle  si leurs amendements  avaient  été adoptés  et acceptés   lors des études  en commission des lois  en 2017 ? Ou  c’est juste une autre stratégie pour distraire l’opinion et  attirer d’attention sur le parti qui, visiblement a perdu  beaucoup sur le terrain à cause de ses incohérences.

Pour l’heure, les agitations se poursuivent avec les regards tournés vers la Cour Constitutionnelle qui devra examiner très prochainement la requête  introduite par l’ANC.

Laisser un commentaire