Affaire NSIA-Togo : Synbank maintient sa grève sèche de 72 heures et exige le départ de Constant Djeket et Chantal Bosso

0

« Nous-Synbank n’avons aucun problème  avec  le Groupe NSIA, notre problème c’est les deux directeurs généraux, Constant Djeket et Chantal Bosso qui ne respectent pas le pays d’accueil et les autorités du pays ». Le   Syndicat des Employés et Cadres des Banques, des Etablissements Financiers et des Assurances du Togo (SYNBANK) maintient sa grève de 72 heures sèches  pour  exiger le départ   du Togo des directeurs généraux  de NSIA Togo- et la réintégration des neufs togolais licenciés.  Alors que   l’article 46 du code du travail,  stipule que  le « recrutement au Togo et hors du Togo d’un travailleur de nationalité étrangère doit être précédé d’une autorisation d’embauchage et faire l’objet d’un contrat de travail conclu par écrit et visé par le directeur général du travail »,  les  deux directeurs au Togo depuis  2018 n’en disposaient pas jusqu’ au 29 mai.   De fait,  tout acte  posé par  les deux responsables  avant cette date selon le SYNBANK, est   nul  et de nul effet.

«Les togolais  ont été   licenciés abusivement parce que  des gens illégaux  ne peuvent pas renvoyer des gens légaux puisque jusqu’au jour de leur forfaiture,  les deux directeurs de  NSIA n’avaient  pas de permis de travailler au Togo. Ce qui est contraire à l’article 46 du Code du travail  togolais », a expliqué Joséphine Patassé, SG du SYNBANK.

Par ailleurs, le syndicat se plaint de l’attitude ou comportement des deux directeurs envers les employés. «Ce qui se passe à NSIA, c’est du jamais vu dans nos institutions, on en a dans toutes les institutions mais ça dépasse l’entendement à NSIA. Vous pouvez imaginer  qu’une directrice là-bas  prend ses chaussures pour casser la tête de son chauffeur et déchire son permis de conduire et après  le chauffeur lui convoque, elle refuse de se rendre au commissariat. C’est la police qui est venue chercher cette dernière? » , relate  madame Joséphine.

Ces deux directeurs avaient été obligés de quitter la tête de NSIA Mali suite à une décision de licencier un certain Issiaka Traoré, Secrétaire Général du comité syndical de la structure NSIA-MALI pour avoir demandé de meilleur traitement à l’égard des employés. Cela montre clairement que ce sont des récidivistes et l’autorité doit prendre la mesure des choses pour défendre le droit de ses citoyens.

Laisser un commentaire