Présidentielle de 2020 : l’opposition togolaise « ne croit » plus à l’alternance

0

Dans moins de sept (7) mois, le Togo organise une élection présidentielle. Pour Antoine Folly,  délégué général de l’UDS-Togo (Opposition)  « la situation politique actuelle du pays n’est pas favorable à l’alternance en 2020 ». Invité d’une radio locale ce mercredi, l’opposant reconnait très infime leur chance d’opérer un changement à la tête du pays surtout devant un Faure Gnassingbé, candidat.

Le parti UNIR a une majorité à l’Assemblée nationale et devrait avoir également la majorité des mairies, ce qui selon Antoine Folly défavorise  les partis de l’opposition, désormais fragilisés pour réaliser l’alternance en 2020. « Le contexte actuel, est tel que le pouvoir et ses alliés auront la presque totalité des mairies, du nord au sud. Même sur les 13 communes du Golfe et d’Agoè-Nyivé, c’est à peine que les partis d’opposition, par le jeu d’alliance, s’en sortiront avec une mairie »,  affirme-t-il, soulignant  que « c’est le contexte législatif actuel créé par une Assemblée nationale qui permet à Faure Gnassingbé d’être candidat à la présidentielle de 2020 »  



Laisser un commentaire