A Lomé, le Conseil de l’Entente discute des questions de sécurité

0

Les ministres de la sécurité et des frontières  des cinq pays membres du Conseil de l’Entente (CE), la plus vieille organisation sous-régionale sont attendus vendredi prochain à Lomé pour débattre de la détérioration de la situation sécuritaire dans l’Espace Entente, nouvelles menaces, nouvelles approches nationales et sous-régionales. Depuis ce mardi 17 septembre 2019, les directeurs généraux de la Police et de la Gendarmerie, membres du comité des experts  préparent les dossiers à soumettre aux  ministres.

Lire aussi : Conseil de l’Entente : Fin de la réunion des experts, rendez-vous pris pour la session des ministres

En effet, depuis quelques années, la sous-région ouest-africaine  fait face à des attaques terroristes. Il ne se passe un seul où, des attaques ne soient enregistrées au Burkina Faso ou au Mali ou encore au Nigéria, deux pays qui ne sont pas membres du CE. Samedi  14 septembre, un sommet des Chefs d’Etat de la Cédéao a été consacré  à ce  nouveau fléau qui sème désolation et  des pleurs sur les visages.

 Pour le Conseil de l’Entente, l’heure est à la prise de  résolutions fermes pour se soutenir mutuellement et la réunion du comité des experts suivie  de celle des ministres permettra selon le directeur  général de la gendarmerie togolaise d’adopter  un mécanisme et  une stratégie efficace pour l’éradication du fléau.  « Notre sous-région traverse une période troublée de son histoire. La paix chèrement acquise depuis les indépendances est aujourd’hui menacée par de nouvelles formes de violence dont le terrorisme est assurément la plus sournoise », a souligné le  Colonel Massina Yotroféi, DG de la Gendarmerie togolaise en présence du secrétaire exécutif du Conseil, Patrice Kouamé.

Intervenant  en qualité de président du Comité,  l’Officier  togolais a rappelé  que, dans le respect des principes de subsidiarité et de complémentarité qui fondent le partenariat entre les organisations sous-régionales, le Conseil de l’Entente a inscrit son action dans la prévention. Ainsi souligne-t-il, la présente réunion vise à renforcer la compréhension de l’extrémisme violent en vue de proposer des approches de réponses à travers deux communications, « «évolution des menaces sécuritaires dans l’espace Entente, défis, réponses actuelles….» et « les nouvelles dynamiques sous-régionales de gestion des frontières » et également valider un projet de directive sur la prévention de l’extrémisme violent dans l’espace.

Le Conseil de l’Entente  pour rappel, est présidé par le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé. Il est composé de cinq pays  à savoir  Bénin, Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Niger et le Togo. 

Laisser un commentaire