Afrique

Sommet CEDEAO-CEEAC : des décisions courageuses, ambitieuses et concrètes attendues

(24hinfo)-Le premier sommet conjoint des Chefs d’Etat et de gouvernement de la  CEEAC- Communauté économique des États de l’Afrique centrale   et  de la CEDEAO- Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest- sur la paix, la  sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme radical  s’est ouvert  ce lundi à Lomé. Une vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement   ainsi  que différentes autres délégations  y  prennent part.

La rencontre essentiellement consacrée à l’examen de la situation sécuritaire, et à l’adoption d’une Déclaration définissant une approche commune sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans ces deux espaces sous-régionaux s’est poursuivie à huis clos  après la cérémonie d’ouverture.

Les dirigeants de l’Afrique centrale et de l’Afrique de l’Ouest devront examiner le rapport de la réunion des ministres des Etats membres de la CEEAC et de la Cedeao sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Ils auront également à adopter une Déclaration sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique centrale et en Afrique de l’Ouest.

Lors de son allocution d’ouverture, le président Togolais qui assure la présidence de la Cédéao a  exprimé  ‘sa gratitude pour les efforts consentis par tous pour que ce Sommet Conjoint tant attendu se tienne en ce jour et pour avoir fait honneur au Togo de l’abriter  »

‘La proximité géographique, socioculturelle et économique entre l’Afrique Centrale et l’Afrique de l’Ouest crée des liens, des interdépendances et des influences aux niveaux des Etats et des populations de ces deux ensembles qui font que les deux régions partagent les mêmes problématiques sécuritaires’, a déclaré Faure Gnassingbé.

En effet poursuit-il, ‘le partage de frontières terrestres et maritimes communes rend nos deux régions vulnérables aux nombreuses menaces sécuritaires et environnementales dans le Golfe de Guinée notamment la piraterie, le trafic de pétrole, la pêche illégale non déclarée et non réglementée et le déversement de déchets toxiques dans la mer, etc’.

 » Nos deux régions subissent également d’autres activités illicites transfrontalières, notamment le trafic des armes, le trafic d’êtres humains, le trafic de drogue, le blanchiment d’argent’, martèle le président Togolais qui juge  impérieux que ‘nous-CEDEAO et CEEAC trouvions ensemble la meilleure approche pour nous attaquer à ces menaces et garantir la paix et la sécurité de nos populations’.

C’est dans cette perspective que nous tenons notre Sommet Conjoint de ce jour, avec la ferme volonté de créer les conditions d’une paix durable et d’un environnement sécurisé dans l’espace commun aux deux régions à travers l’adoption d’une vision partagée des menaces et d’une approche commune des solutions à y apporter’, souligne-t-il.

Tout tant rappelant les initiatives d’ensemble menées dans le passé par les Chefs d’Etat des deux régions comme la réunion de Yaoundé, Faure Gnassingbé a   relevé que le présent  sommet marque un nouveau départ entre les deux communautés  dans la lutte contre ces maux qui minent les régions occidentale et centrale.

 » Aujourd’hui nous écrivons une nouvelle page de notre coopération qui, j’en suis certain, marquera l’histoire de nos deux Communautés et la mise en œuvre  d’une approche commune et holistique des questions de paix, de sécurité et de stabilité. Nous nous devons de régler au cours de ce Sommet les problèmes qui se posent à la coopération opérationnelle effective et efficace entre nos forces de défense et de sécurité en levant notamment les obstacles à l’entraide judiciaire  à l’extradition, à la coopération en matière de police criminelle, au droit de poursuite’, souligne le président Togolais.

 » Je suis certain que la détermination que nous partageons tous dans cette salle nous guidera vers des décisions courageuses, ambitieuses et concrètes pour que ce Sommet marque notre histoire commune’, ajoute-t-il.

Dans cette même perspective, conclue M. Gnassingbé ‘je  voudrais en appeler aux Etats membres, à l’Union Africaine, aux Nations Unies et à nos partenaires bilatéraux et multilatéraux à accompagner la mise en œuvre effective des décisions qui seront issues de ce Sommet’.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page