Coopération

 Robert Dussey à l’ouverture de la  107e session ACP  à Lomé :  ‘la logique d’unité doit guider nos pas’

(24hinfo)-La 107ème session du Conseil des ministres du Groupe des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP)  s’est ouverte  mardi à Lomé. Les représentants venus des pays   ACP vont débattre   de l’avenir du Groupe  et de ses relations avec l’Union européenne.

La session   se penchera sur des questions stratégiques, telles que la transformation du Groupe pour le repositionner comme un acteur mondial plus efficace afin qu’il puisse mieux répondre aux besoins et aspirations de ses États membres.

A l’ouverture des travaux, le ministre  des affaires étrangères du Togo, Robert Dussey a   appelé  les participants à  réaffirmer le sentiment commun d’appartenance  au Groupe ACP  et à sa commune dépendance.

‘Le sentiment d’appartenance commune et de commune dépendance, ce sentiment que valorisaient tant les stoïciens grecs de l’Antiquité et qu’ils rapportaient au cosmos, doit nous inspirer et raffermir en nous la solidarité organisationnelle où se joue la dialectique du multiple et de l’Un, des parties et du Tout. Nos populations nous attendent. Leur droit légitime au développement doit nous inciter à éviter lors de cette Session le « syndrome du bateau ivre’’, a déclaré le ministre  Robert Dussey pour qui ‘ce syndrome qui traduit une espèce de nausée, la situation hypothétique d’un navire en perte de repère.

‘La logique d’unité doit guider nos pas. Nous devons aborder les futures négociations  avec l’UE en tant que groupe uni, en tant que « pôle de responsabilité collective » soudé.  S’il est vrai que l’unité du Groupe ACP en tant que pôle multilatéral de responsabilité collective  peut signifier rien d’autre qu’une « unité plurielle », ou mieux, une « unité dans la diversité ‘, a-t-il ajouté.

A cet égard,  affirme le ministre, le Gouvernement de la République Togolaise insiste donc sur la nécessité du renforcement de la coopération intra-ACP car pour nous développer, nous devons d’abord compter sur nous-mêmes, sur nos propres forces dans une perspective humaniste et de confiance en soi.

‘La confiance en soi, au plan individuel que collectif, comme l’enseigne la génération actuelle de l’École de Francfort conduite par Axel HONNETH, est le support basique de tout effort dedéveloppement. Notre coopération interne nous ouvrira desperspectives stimulantes qui auront sans doute des impacts sur nos partenariats avec les autres’, a-t-il souligné.

La  présente session   s’inscrit dans le cadre des préparatifs des prochaines négociations pour un nouvel accord de partenariat ACP-UE qui tient également sa 43e réunion dans le pays.

Charles Djade

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page