Diplomatie

La francophonie, fragile outil d’apaisement de Paris avec le Rwanda

(24hinfo)-Après avoir reçu le président rwandais à l’Élysée, Emmanuel Macron a déclaré mercredi 23 mai son soutien une candidature rwandaise à la tête de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Mais les ombres de l’histoire continuent de hanter, dans un Rwanda où la France n’a plus d’ambassadeur.

Vérité puis réconciliation ; dans ce sens-là. C’est traditionnellement la méthode et même la condition pour entamer une réconciliation entre les pays, après une page sombre de l’histoire. Difficile de dire si la France et le Rwanda en prennent le chemin, même si les tentatives de rapprochement se multiplient dernièrement.

Le président du Rwanda Paul Kagame a été reçu à l’Élysée mercredi 23 mai par Emmanuel Macron. Il ne l’avait pas été depuis 2011, alors que les relations entre Paris et Kigali restent tendues depuis le génocide rwandais de 1994. Paul Kagame a invité Emmanuel Macron en retour à Kigali. Preuve de ce réchauffement des relations, le président français a assuré qu’il soutiendra la candidature de la ministre des Affaires étrangères rwandaise, Louise Mushikiwabo pour présider l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Jean-Baptiste François , le 24/05/2018 à 15h17
La Croix

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page