Economie

Affaire  judiciaire Bolloré en France :  Ninsao Gnofam apporte les précisions aux députés    

(24hinfo)-Interpellé  par  deux députés de l’opposition, Isabelle Ameganvi de l’Anc et Jean-Kissi du CAR sur  l’affaire judiciaire  Bolloré en France et la concession du Port autonome de Lomé à l’homme d’affaire, le ministre des transports, Ninso Gnofam  a apporté  jeudi  des précisions aux députés.

D’entrée,  il a précisé que  cette affaire est une affaire franco-française et le Togo n’est pas concerné et le gouvernement ne se reprboche rien.

‘Nous nous demandons de quoi nous parlons. Il s’agit de corruption d’agents publics étrangers par un opérateur, Vincent Bolloré. On n’a pas dit que le Togo a corrompu pour lui donner la construction du port. Ce n’est pas parce qu’il s’agit des ports de Lomé et de Conakry qu’on doit se culpabiliser’,dit-il  en poursuivant  en ces termes, ‘ les autorités judiciaires françaises n’ont pas encore demandé la collaboration du Togo dans le cadre de cette affaire. Rien ne nous inquiète dans cette affaire. Si les autorités judiciaires françaises, dans le cadre de la coopération judiciaire internationale, demandent aux autorités judiciaires togolaises de coopérer, nous allons coopérer.

Dans la construction du troisième quai, le groupe Bolloré a réalisé un investissement  de plus de 150 milliards de Fcfa  et de son côté le   MSC (Lomé Container Terminal), a investi 300 milliards pour la construction de la darse et  a précisé le ministre  Ninsao Gnofam qui lève ainsi la grande confusion chez les députés.

Poursuivant, il a indiqué  que la société  Bolloré s’acquittait de toutes ses obligations fiscales.  14 milliards versés au titre de l’impôt et 84 milliards payés  à l’Etat par le  port de Lomé à titre de redevance’, martèle le ministre qui a justifié la concession d’une durée de 35 ans  du port  au groupe par le montant de l’investissement.

Pour rappel Vincent Bolloré a été mis en examen en avril dernier pour ‘corruption’, dans une enquête sur les conditions d’attributions de ses concessions portuaires en Afrique de l’Ouest, dont les ports du Togo et de la Guinée.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page