Environnement

André Johnson : ‘Nous avons besoin de revoir la gouvernance de notre département’

(24hinfo)-André Johnson, ministre de l’environnement et des ressources forestières a présidé jeudi à Kpalimé (120 Km de Lomé)   les assises  sur  l’amélioration de la gouvernance interne  de son  département  et l’amélioration de la gouvernance environnementale et la gestion côtière au Togo.    La rencontre   a regroupé  tous  les  cadres du ministère.

Objectif :   favoriser une meilleure coordination entre les différents services et structures, avec un cahier de charge claire, permettant d’éviter des conflits de compétence et d’améliorer la gouvernance interne de ce département ministériel.

Il s’est agi de trouver des pistes favorables  pour une meilleure synergie d’actions entre les différentes  coordinations de projets et l’appropriation par tous les chefs des directives de gestion axée sur les résultats.  Ceci, pour permettre à ce ministère d’atteindre les objectifs de sa lettre de mission.

Selon le ministre,  il a été constaté que malgré l’audit organisationnel, des décrets et arrêtés portant organisation de ce ministère, le département fait face, en interne et externe, aux problèmes de gestion du personnel et des acteurs. Une chose qui   impacte négativement les performances du département  en termes de résultats.

Pour le ministre Johnson, c’est un exercice d’autocritique, pour se remettre en question et faire le bilan de la gouvernance, depuis des années. La finalité est de voir « en quoi est-ce que ce ministère a failli ou a été défaillant et où il a progressé. Nous avons jugé de bon ton de nous mettre ouverts. Cette mise ouverte va nous permettre de nous poser les grandes questions, s’agissant de la gouvernance de notre ministère’.

‘Il n’y aura pas de sujets tabous, qu’il s’agisse des problèmes liés aux recrutements et affectations ou des problèmes liés aux textes introduits au Secrétariat général du gouvernement, etc. Nous avons besoin de revoir notre gouvernance et nous allons profiter de cette occasion pour donner la parole aux uns et aux autres, pour qu’ils puissent exprimer leurs frustrations, leurs préoccupations et perception de la gestion du ministère, pour voir là où il faut colmater les brèches,  où on peut avancer et où on doit redynamiser les choses », a indiqué le ministre.

Charles

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page