Justice

‘En aucun  cas’  déposé  à la prison civile de Lomé

(24hinfo)-Interpellé mercredi 22 août par les forces publiques pour non autorisation officielle de son Mouvement ‘en aucun cas’ , une dénomination inspirée d’un bout de phrase de la Constitution de 1992, ‘en aucun cas nul ne peut faire plus de deux mandats’ Foly Satchivi a été présenté au procureur dans la matinée de ce jeudi qui a décidé de son dépôt à la prison civile de Lomé. L’activiste de l’opposition retourne dans les geôles, un an après sa libération de prison dans une affaire de trouble sur le Campus de Lomé. Que lui reproche-t-on.

Satchivi Foly, est un activiste connus des Togolais et bien plus dans le monde estudiantin pour avoir été le président de la Ligue Togolaise des droits des étudiants et des élèves (LTDE). Il a été à l’origine de plusieurs manifestations sur le Campus de Lomé et a entretenu un bras de fer et une guerre de mots avec le président de l’UL, Dodzi Kokoroko. D’ailleurs non introuvable sur les fichiers des étudiants inscrits l’année là, il a mené des activités pour dit-on, ‘défier ‘ l’autorité de la présidence de l’UL qui a fini par prendre ses responsabilités. Quelques mois plus tard, Satchivi affiche ses prétentions.

Lancement du mouvement en aucun cas

Courant du mois de mars, Foly Satchivi lance, le Mouvement ‘en aucun cas’ et se rapproche des objectifs de l’opposition. Le but de son mouvement était de réaliser l’alternance politique au Togo.

Pour ce dernier, toute la crise politique que traversait le pays gravite autour de ce groupe de mots, en aucun cas. De ce fait l’étudiant s’est donné pour mission de mener les actions nécessaires pour que désormais, plus aucun dirigeant togolais, ne se permette de faire plus de deux mandats tel que stipulé dans la constitution de 1992.

Folly Satchivi a précisé tendre la main, à toutes les organisations de la société civile, tous les mouvements ou associations qui poursuivent le même objectif. ‘Nous sommes mêmes disposés à travailler avec les associations de la mouvance présidentielle à condition qu’ils désirent véritablement voir l’alternance s’opérer dans le pays », a assuré Folly Satchivi dans le temps. Et quelques mois après, le Mouvement a démarré en trompe ses activités sur le terrain.

Conférences de presse par ici, et par là, manifestations à Aného, appel à des journées rouges etc…, l’homme n’a jamais satisfait. On était là quand il est annoncé hors du pays, Burkina Faso ou encore au Sénégal où il participa à des grandes conférences et c’est le firmament. ‘Quand il faisait cela il pense que tout semble être accompli et réussi pour lui’, nous commente un observateur avisé qui poursuit ‘il est allé trop loin dans ses prises de paroles et positions. On aurait cru qu’il n’a plus du respect au président de la République mais quand même dans quel pays on peut tolérer cela’.

Pourquoi son interpellation ?

Mercredi 22 août, l’information s’est répandue sur les réseaux sociaux et repris par les journaux. Foly Satchivi le premier porte-parole du Mouvement en Aucun cas vient d’être arrêté au moment où l’activiste opposant au régime de Faure Gnassingbé s’apprête à animer une conférence. Selon le chef de la force publique envoyée sur place, il a été arrêté pour non autorisation administrative de son Mouvement, par conséquent de l’activité.

Mais plus tard dans la soirée nous apprenons qu’il est accusé aussi d’outrage aux forces de sécurité. Selon une dépêche de nos confrères de la Radio France internationale, citant, le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le général Yark Damehane, le mouvement dont Foly Satchivi est le premier porte-parole n’a pas d’autorisation officielle. Par conséquent, l’organisation de sa conférence de presse est illégale.

« L’activiste a nargué les forces de l’ordre », poursuit le ministre de la Sécurité, quand celles-ci lui ont signifié que sa manifestation était illégale. Et de conclure : « il a passé outre les injonctions et déployé sa banderole ».

En attendant son procès, Foly Satchivi restera à la prison civile de Lomé.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page