Politique

Togo-La formule ‘FAR’  du pasteur  Johannes Bavon  pour une sortie de crise

(24hinfo)-L’homme de Dieu, Johannes BAVON, président du mouvement politique, le Front des Architectes de la République (FAR) propose des séances de sensibilisation et de guérison de la conscience collective des Togolais pour les défaire des consciences saignantes.

Le Mouvement lancé mardi à Lomé au cours d’une conférence de presse, se position au juste milieu entre l’opposition et le pouvoir pour aider les acteurs à trouver des solutions pérennes à la crise que traverse le pays, et par ricochet d’aider le Togo à consolider son essor économique.

Le FAR entend justement panser les blessures causées par l’histoire politique, promouvoir la solidarité de tous, promouvoir la culture de l’excellence, développer les compétences professionnelles.

‘Nous avons prôné pendant longtemps la réconciliation qui n’a rien donnée pratiquement. Pourquoi ? Parce que ceux qui sentent les douleurs ne peuvent pas réellement pardonner. Donc il faut que nous agissions avec un nouveau discours, des croisades de sensibilisations pour la guérison des consciences. Cela permettra à ce que les décisions juridiques, politiques qui seront prises, que ce soit dans le dialogue ou après le dialogue, permettent que le Togo soit reconstruite’, a déclaré le pasteur Bavon devant la presse.

Pour lui, le FAR n’est pas un mouvement politique de plus mais un creuset d’hommes responsables et engagés en faveur d’un changement profonde de la société togolaise guidé par la conscientisation des cœurs.

‘Notre mouvement propose une croisade de guérison,campagne de sensibilisation des consciences. Il faudra panser les plaies en première position et en seconde position, le FAR demande à ce que, les décisions qui seront prises dans ce dialogue quand bien-même beaucoup sont désespérés, nous nous pensons avec le génie politique togolais, on pouvait parvenir à quelque chose’, a-t-il dit.

Par conséquent, le FAR appelle les acteurs politiques à ne pas se focaliser sur des hommes ni un parti dans la perspective des réformes constitutionnelles, institutionnelles qui incluent l’assainissement du cadre électoral pour parvenir à des textes originaux.

‘Il faut que nous surpassions un peu le passé parce que, nous devons démontrer notre autorité à ce niveau d’être supérieur à nos erreurs. (…), il va falloir maintenant, aller aux choses concrètes. Nous ne devons pas brandir des menaces contre quelqu’un. C’est pourquoi le gouvernement en place ne doit pas avoir peur de ce changement. Et l’opposition ne doit pas viser la personne de qui que ce soit dans cette réforme dont nous parlons’, souligne le pasteur.

Voilà qui doit interpeller tous les acteurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page