Politique

Togo : l’objectif demeure le  respect des échéances constitutionnelles

(24hinfo)-Les  facilitateurs de la crise Togolaise-les présidents Guinéen  Alhpa Condé et Ghanéen, Nana Akufo-Addo mandatés par la  Cédéao souhaitent  l’organisation des élections législatives au plus tard fin novembre 2018, indique le communiqué final des rencontres intervenues mercredi dans la capitale  avec les protagonistes de la crise.

L’actuelle Assemblée nationale dont le mandat s’achève le 19 Aout reste en place  jusqu’à la mise en place de la  nouvelle.

Pour le gouvernement, au-delà du décalage de quelques mois, l’objectif recherché est que les échéances constitutionnelles soient respectées et tout sera mis en œuvre.

‘L’objectif recherché au cours des discussions, c’est d’assurer que les échéances constitutionnelles  et le calendrier démocratique et républicain soient respectés et tenus. A l’avenir, tous les efforts vont converger vers la tenue des élections dont la date a été indiquée. Nous allons œuvrer pour que d’ici fin novembre 2018, les Togolais puissent s’exprimer dans les urnes, c’est le plus important’, a indiqué le ministre Gilbert Bawara.

Du côté de l’opposition  cette période indiquée par la facilitation  c’est-à-dire fin novembre ne s’impose pas.

‘Nous avons cherché à comprendre. Ils nous ont dit que cette date ne s’impose pas, on a adopté le principe de la suspension des élections mais cela ne peut pas être sine die. C’est une date qui est mise à titre indicatif pour nous amener à prendre conscience de ce qu’on doit rapidement faire les réformes qu’il faut et s’entendre sur un calendrier pour les élections’, a déclaré Brigitte Kafui-Adjamagbo,  coordinatrice de la coalition de l’opposition ; partie prenante du dialogue.

CH

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page