Social

 Bientôt un régime de  protection  sociale  des  artisans   au Togo

(24hinfo)-600.000 artisans – en majorité des jeunes – exercent au Togo avec une contribution du secteur à hauteur de 18% au PIB national. Formidable gisement d’activités et un secteur à fort potentiel, l’Etat veut désormais protéger les artisans en instituant un régime d’assurance.

L’idée fait son petit bonhomme de chemin et l’étude de faisabilité pour la mise en place du dispositif de protection sociale des artisans est soumise à validation ce mercredi à Lomé.

Organisée par le ministère en charge de l’artisanat, la rencontre permettra aux participants d’analyser les résultats du diagnostic concernant le niveau de vulnérabilité des artisans et les membres de leur famille , de valider les pratiques en matière de protection sociale dans le secteur de l’artisanat recensées lors de la phase diagnostique , les capacités contributives des artisans au fonctionnement d’un système de protection sociale afin de proposer les meilleures stratégies de Protection Sociale des artisans et de leur famille suggérées par l’étude.

Les participants vont donc analyser la pertinence du mécanisme de protection sociale proposé aux artisans et à leur famille ainsi que le dispositif institutionnel.

Dans son mot de circonstance, la ministre en charge du secteur, Victoire Tomégah-Dogbé, a défini les lignes de conduite de la rencontre notamment : permettre aux participants de donner leurs appréciations sur le contenu de l’ étude et d’apporter leurs contributions avant sa validation finale.

’Les artisans évoluent des fois dans des situations de précarité qui les rendent vulnérables et sont livrés à des risques professionnels c’est à juste titre que le diagnostic sectoriel qui avait été réalisé à soulever un certain nombre de faiblesses majeures surtout l’environnement du travail qui est caractérisé par la fréquence des cas d’accidents dans l’exercice de cette profession’, a-t-elle déclaré.

De son côté le président de l’Union des Chambres Régionales de Métier (UCRM) ,Eklou Kodjo a salué et loué l’initiative. ‘Quand un artisan tombe malade et qu’il n’a pas les moyens de payer ses médicaments l’Etat subventionne une partie donc c’est une joie pour nous d’accueillir cette initiative prise par notre ministère de tutelle’, souligne –t-il en présence de la directrice générale de l’INAM, structure publique, en charge de al couverture santé dans le pays Myriam Dossou

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page