Société

Le BRAO forme les jeunes en entrepreneuriat social et solidaire

(24hinfo)-A l’initiative du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Ouest de l’Organisation Internationale de la Francophonie (BRAO-OIF), une trentaine de jeunes togolais ont été formés mardi 24 avril à Lomé, sur l’entrepreneuriat social et solidaire.

A la manette Philipe Girardet, expert en entrepreneuriat social et solidaire, directeur du développement en Occitanie, en France, et des relations internationales des initiatives.

La session s’inscrit dans le cadre du parcours d’incubation de la deuxième promotion des porteurs de projet ‘Libres Ensemble’ et vise à renforcer les capacités de ces incubés à identifier et à mettre en œuvre une idée de projet social et solidaire.

Par cette formation, le BRAO veut montrer aux jeunes l’impact de l’économie sociale et solidaire en France et comment le Togo et l’Afrique pourraient bénéficier de ce domaine.

C’est un domaine qui crée des liens de solidarité, à travers l’économie, mais aussi des résiliences des populations, de sorte à développer des modèles originaux de prestation de services à la communauté, pour une économie solidaire ne laissant personne au bord de la route. Ce qui permettra aux populations de grandir ensemble, pour atteindre une croissance durale, résiliente, surtout au profit de l’emploi des jeunes, des femmes et de toutes les couches de la population.

« C’est important que les Africains se rendent compte qu’ils pratiquent déjà cette économie et il reste à lui donner ce qu’il faut comme cadre de développement. L’OIF souhaite aider l’Afrique à redécouvrir ce secteur et à lui donner le label, l’importance et l’accompagnement qu’il faut pour créer de l’emploi et de la valeur, dans ce domaine très important », a souligné M. Eric Adja, directeur représentant régional du BRAO-OIF.

Pour le formateur, l’économie sociale et solidaire est importante, en ce qu’elle permet de remettre l’homme au centre en lui permettant de se relever, non pas dans l’assistanat. « C’est important de pouvoir donner à ceux qui en ont besoin, la possibilité d’entreprendre pour devenir autonome. J’espère que tous ces projets pourront permettre la création de richesses mais en même temps, en répondant à une nécessité sociale qui n’est pas pris en compte par l’Etat », a dit M. Philippe Girardet.

Lancé en 2017, l’incubateur « Libres Ensemble » consiste en la mise en place au profit des jeunes et femmes porteurs de projets citoyens, communautaires, sociaux et solidaires, d’un espace de travail et d’un programme d’accompagnement, pour la maturation de leurs idées de projet, sa structuration, la mobilisation des ressources financières et le renforcement de leurs capacités techniques pour leur mise en œuvre.

Avec TG Presse.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page