Tech&web

‘Etonnez-nous les filles !’

(24hinfo)-La cinquième édition de Female TechCamp 2018 session de Lomé s’est ouverte lundi à l’initiative du ministre de l’économie numérique, Cina Lawson. Réservé aux jeunes togolaises, l’événement vise à faire émerger des ‘Nanatechs’ dans le pays. Pour cette édition, une quarantaine de jeunes filles retenues à l’issue d’un appel à candidature y prennent part.

Organisé par E2C Togo, le Female Techcamp regroupe chaque année des jeunes filles dans un camp de technologies. Son objectif est de sensibiliser et former ces dernières sur les technologies et les sciences de l’information et la communication.

Selon la directrice de Femal TechCamp, Nadège Afoutou, l’initiative a été lancée suite aux constats selon lesquels les jeunes filles, femmes ou dames sont faiblement représentées dans les domaines des technologies de l’information et de la communication.

Et le Female Techcamp cherche à combler ce retard par la démystification progressive de la science et des Tics, en suscitant des vocations pour les métiers du Web auprès des filles. Ceci pour contribuer à leur autonomie financière.

Vue partielle lors d’une présentation

Il s’inscrit dans la dynamique des objectifs du développement durable, notamment en son numéro 4 qui encourage les pays à offrir une éducation de qualité aux jeunes femmes. Et au Femal Tech, la méthode adoptée est de former les jeunes femmes aux TICs afin de favoriser le développement du Togo.

Marraine de l’initiative, la ministre Cina Lawson a lors de son discours invité les jeunes filles participantes à Female TechCamp édition 5 à s’investir et à donner le meilleur d’elles-mêmes au cours des travaux et surtout en faisant preuve d’audace et d’originalité.

‘Etonnez-nous les filles !’, a-t-elle lancé en présence de l’ambassadeur des USA au Togo, David Gilmour.

Table officielle à l’ouverture

Première initiative du genre en Afrique francophone en 2013, le Female Techcamp a très vite inspiré d’autres pays comme la Côte d’Ivoire qui a organisé sa première édition en 2015. Au Togo aussi, le format plaît. Des camps agricoles et éducatifs ont vu le jour sous une forme similaire.

Charles

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page