Coopération

Défis sécuritaires aux frontières : le Bénin, Niger, Togo et le Burkina fédèrent les énergies

Les ministères des Affaires étrangères, de la défense et de la sécurité du Bénin, du Niger, du Togo et du Burkina se sont concertés ce mardi, 16 octobre 2018 à Ouagadougou autour de la « situation sécuritaire aux frontières ». A l’issue d’une journée de réflexions, les parties ont pris des recommandations (dont le contenu n’a pas été dévoilé à la clôture) pour faire face aux défis sécuritaires au niveau de l’espace frontalier partagé par ces pays.

Pour le ministre burkinabè des Affaires étrangères et de la coopération régionale, Alpha Barry, la rencontre de Ouagadougou est chargée d’enjeux. Dans son intervention d’ouverture des travaux (seule intervention), qui se sont poursuivis à huis clos, le patron de la diplomatie a rappelé que depuis 2015, l’insécurité et les attaques terroristes récurrentes constituent des sujets de grandes préoccupations dans la sous-région. Au Burkina, ces attaques, qui avaient lieu au Nord, se sont progressivement étendues à l’Est ces derniers mois, notamment dans les zones du Parc W et de la Pendjari ; c’est-à-dire aux frontières avec le Bénin, le Niger et le Togo.

De 2015 à octobre 2018, le décompte des attaques donne 243 morts (civils et militaires). Les conséquences de ces attaques constituent, déplore-t-il, une menace sérieuse contre les efforts d’intégration et de libre circulation des personnes et des Biens. Cette situation limite la mobilité humaine et ralentit les activités socio-économiques des pays respectifs.
C’est pourquoi, la rencontre de Ouagadougou est perçue comme un espoir pour des solutions opérationnelles et des actions à mener sur le terrain.
A l’issue de la journée de réflexion, les participants ont exprimé des motifs de satisfaction. En effet, dans son allocution de clôture des échanges, le ministre Alpha Barry a déclaré que les travaux ont été intenses et les résultats sont au-delà des attentes. « Ce fut une rencontre utile, fructueuse, enrichissante et très féconde », a-t-il confié, soulignant l’importance et la pertinence de ce cadre de recherche de solutions aux menaces terroristes dans les frontières.
A l’en croire, le caractère asymétrique de la lutte contre le terrorisme nécessite une approche globale et holistique. Cette lutte exige donc des actions préventives et concertées, précise-t-il.
C’est pourquoi se félicite-t-il de la déclaration adoptée à l’issue des concertations, « indiquant clairement » les actions stratégiques et opérationnelles pour faire face à la menace sécuritaire. Il précise dans ce sens que, les recommandations annoncent de belles perspectives.

Selon le ministre Alpha Barry, les parties à la rencontre ont, en outre, émis le vœu que ce cadre de concertations soit permanent, pour permettre de partager d’autres stratégies contre les menaces terroristes.
A l’issue de la cérémonie de clôture, les participants ont mis le cap sur Kosyam (palais présidentiel) où ils devraient être reçus en audience par le président Roch Kaboré.

Lefaso.net

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page