Culture

Lacs : « La pierre sacrée de couleur blanche immaculée, symbole de prospérité et de bonheur

Le peuple Guin de la préfecture des Lacs et de la diaspora a célébré la 359è édition de sa fête traditionnelle Epe-Ekpé, ou Kpessesso’’ le jeudi 22 septembre à Glidji, dans la commune des Lacs1 sous le thème « Notre richesse, c’est notre identité, porteur de valeurs de tolérance, de cohésion sociale et de paix ».

Cette fête marque le nouvel an dans le pays Guin et s’étend sur six mois. Plus que de simples retrouvailles, cet évènement est un moment de communion avec les ancêtres et les 41 divinités de la cosmogonie Guin. Cette célébration est une occasion pour le peuple Guin de renouer avec la tradition et de revaloriser la richesse culturelle du patrimoine ancestral. Elle est également une marque de reconnaissance et de grâce aux forces protectrices et aux mânes des ancêtres pour leur bienfaisance. C’est aussi un cadre de retrouvailles des filles et fils Guin pour réfléchir sur les problèmes de développement de la localité.

La célébration a été marquée par la prise de la prière sacrée de couleur blanche immaculée, symbole de prospérité, de bonheur et de paix.

Le message de la pierre sacrée

Cette couleur indique que l’année sera prospère et porteuse de bonheur, notamment une abondance des récoltes, la paix et la bénédiction. Par contre elle recommande des sacrifices aux vestiges des gardiens des cités « Dulégba », l’immolation aux dieux de la foudre (vodou Hébiesso) et du fer (gouvedou) et puis celui de la terre (sakpatè).

L’oracle recommande également à ceux qui ont abandonné, laissé ou détruit le ‘’Fan’’ de le réhabiliter pour leur bonheur. Il demande d’éviter des actes violents, de faire des sacrifices aux divinités des eaux douces pendant la nuit et appelle les différents palais à l’unité.

Un appel à l’unité du peuple Guin

Le représentant du gouvernement, directeur de la promotion des Arts et de la culture, Aziati Vinyo a relevé l’importance que le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé accorde aux us et coutumes. « La célébration des fêtes traditionnelles offre un repère très important non seulement pour les collectivités locales, mais aussi pour la collectivité nationale. Car elles constituent d’une part, le socle sur lequel nous bâtissons notre commune et d’autre part, nous pouvons y trouver des éléments porteurs de progrès », a-t-il indiqué. Le représentant du gouvernement a émis le vœu que cette célébration permettre au peuple Guin de franchir des divergences politiques, claniques, idéologiques et religieuses et de cultiver l’esprit de solidarité, d’unité, de paix, de cohésion sociale et de patriotisme.

Le représentant de Gê Fiogan, Sedégbé Foli-bébé XV, Kouvahey Anoumou Yom a témoigné la reconnaissance du peuple Guin, au chef de l’Etat pour son implication personnelle dans l’organisation et la tenue effective de la cérémonie de Kpessosso. Il a salué la sagesse et la diligence avec lesquelles les plus hautes autorités du pays ont su gérer la période de crise sanitaire liée à la pandémie du COVID19 qui a permis la reprise des activités culturelles.

« Peuple Guin, au-delà de son caractère spirituel et festif, nous pouvons développer au tour de EPE-Ekpe, d’autres activités connexes, créatrices d’emploi et donc génératrices de revenus pour la promotion de l’économie locale », a dit. M. Kouvahey. Il a appelé la population à revenir aux fondamentaux de la tradition pour bâtir une nation Guin plus unie et solidaire.

Lire aussi-Togo : de couleur blanche, la pierre sacrée annonce une bonne année

Le président du comité d’organisation de EPE Ekpé 359è édition, Gê Fio Amah Fafaneva Anenou II a témoigné sa gratitude à tous ceux qui ont contribué à la réussite de la célébration. Il a rendu grâce à Dieu, aux mânes des ancêtres et aux divinités du panthéon Guin pour cette nouvelle retrouvaille.

Avec ATop

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page