Développement

CEDEAO : le Togolais Kako Nubukpo apporte son soutien au Mali

Le commissaire du Togo à la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA),professeur Kako Nubukpo a pris position en faveur du Mali  sanctionné par la Cédéao le 9 janvier 2022.  L’universitaire  et pourfendeur du  CFA a rappelé  de nouveau l’urgence de  « l’émancipation monétaire de l’Afrique de l’Ouest » pour sortir de ce qu’il appelle  le « décor du chantage inhérent au système CFA que subit » le pays.

« Au peuple souverain Malien je souhaite apporter tout mon soutien et ma solidarité. L’ouvrage publié en 2016 : « Sortir l’Afrique de la servitude monétaire : à qui profite le franc CFA ? », a planté le décor du chantage inhérent au système CFA que subit le peuple souverain du Mali aujourd’hui », écrit-il sur ses comptes sociaux avant d’ajouter que « cette crise sans précédent doit permettre l’initiation d’un dialogue entre toutes les parties prenantes au delà d’une lecture partielle et partiale des concepts de légalité et de légitimité ».

Lire aussi-La Cédéao adopte des sanctions « très dures » contre le Mali

Lors d’une session extraordinaire tenue le dimanche 9 janvier 2022 à Accra, les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao ont décidé des sanctions « très dures » contre le Mali. Notamment  le retrait des ambassadeurs de tous les États membres de la CEDEAO,  la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali puis la suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre les États membres de la CEDEAO et le Mali, à l’exception des produits alimentaires essentiels, pharmaceutiques, les fournitures et équipements médicaux, y compris les matériels de contrôle du Covid-19, les produits pétroliers et l’électricité.

Il a été décidé aussi du gel des avoirs de la République du Mali dans les banques centrales de la CEDEAO.

En réponse, Bamako qui a qualifié lesdites sanctions d’illégales et illégitimes a dès lors fermé ses frontières et décidé de rappeler ses ambassadeurs dans les pays de la Cédéao. S’il reste ouvert au dialogue,  le président de transition  Assimi Goïta a appelé ses compatriotes au calme pour un dénouement heureux de la situation.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page