Politique

Ils sont morts pour la Nation

(24hinfo)-Les Togolais ont observé ce 21 juin 2018, la fête nationale dédiée aux martyrs. Ceci en mémoire de   tous ces hommes et femmes  tombés pour la libération nationale.

Elle a été marquée, à Lomé, par une cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs aux pieds de la stèle mémoriale, par le Premier ministre, Komi Selom Klassou au   nom du Chef de l’Etat.

Un acte accompagné de la sonnerie aux morts et de l’hymne national, dans une ambiance de recueillement qui traduisait, sans nul doute, l’estime et la considération du peuple pour ses martyrs.

Des martyrs dont l’histoire restera à jamais gravée dans les mémoires, comme étant des héros d’inspiration pour bâtir la nation togolaise, dans un esprit d’entente, de cohésion et de respect mutuel, par-delà nos divergences ethniques, politiques, religieuses et culturelles. Au-delà de cet appel qu’inspire cette journée, c’est aussi l’occasion de rendre gloire à Dieu, le miséricordieux, pour la paix et tous ses bienfaits en faveur du pays, tout en  l’invoquant, afin qu’il accorde un repos éternel à ces martyrs de la nation.Pour ce faire, les chorales « Avenir » de l’Université de Lomé, « Saints Pierre&Paul » et « femmes FAT » se sont mobilisées, à travers des chants et cantiques évoquant, entre autres, la mémoire de « nos parents qui ont versé leur sang, afin que nous vivions aujourd’hui », « ces martyrs qui sont devenus aujourd’hui, le visage du Togo ». Ils resteront « inoubliables »

Historique

La journée  des martyrs tire son origine des événements malheureux de 21 juin 1957 à Pya Hodo, dans la préfecture de la Kozah.

Ce jour-là, les nationalistes ont organisé une manifestation pour protester contre le statut d’autonomie que la France proposait d’accorder au Togo, selon la loi Cadre (loi Gaston Defferre). Mais, l’armée coloniale ne comprenant pas les velléités d’aspiration populaire à la souveraineté, a résolu de tirer sur la foule de manifestants, causant plusieurs morts et blessés.

En dehors de ces morts, le Togo a enregistré, tout au long de son histoire, d’autres victimes de la liberté. Dans plusieurs communes, villes, banlieues et villages togolais, des femmes et hommes ont donné de leur vie pour que vive « La Terre de nos aïeux ». Des noms et  des vies sont arrachés, des destins ont été fauchés, des voix se sont à jamais tues, tout simplement parce qu’ils défendaient la liberté. C’est donc en hommage à l’ensemble de ces victimes de l’histoire tumultueuse du Togo que le 21 juin est célébré en tant qu’un des événements fédérateurs de la nation, de l’avis de certains historiens.

Avec Tg presse

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page