Tech&web

Les innovateurs togolais transforment les déchets du monde en robots

(24hinfo)-Le Togo importe environ 500 000 tonnes de déchets électroniques par an, dont une partie peut constituer un risque pour la santé, mais cela inspire également les innovateurs locaux et crée des emplois.

Ce robot ressemble à une araignée et il bouge comme une araignée, mais cette créature ne peut pas être simplement rejetée comme un jouet.

C’est un symbole de la révolution numérique qui se prépare dans l’un des plus petits pays d’Afrique de l’Ouest.

« Je l’ai fait à partir d’une imprimante 3D jetée « , dit Ousia Foli-Bebe, en désignant son robot.

Lire aussi https://24heureinfo.com/conseil-de-lentente-adoption-dun-budget-en-hausse-de-22-des-observateurs-electoraux-attendus-au-togo/

« Le plastique récupéré de l’imprimante est devenu les bras et les jambes. Et j’ai aussi fabriqué une imprimante 3D à partir de déchets électroniques. En fait, j’ai appris à fabriquer l’imprimante à partir d’Internet », ajoute-t-il.
M. Foli-Bebe emmène l’araignée robot dans les écoles dans l’espoir d’intéresser les élèves aux sciences et au recyclage.

« J’espère faire une trousse scientifique pour qu’ils puissent commencer à fabriquer leurs propres gadgets et à résoudre les problèmes de cette communauté « , dit l’inventeur.

Son laboratoire Ecotec est situé à Amadanhome, dans la banlieue de Lomé, la capitale du Togo.

C’est un espace modeste, avec un tableau noir dominant un mur et une imprimante 3D à côté du mur opposé.
Cet homme de 29 ans fait partie d’un nombre croissant de jeunes entrepreneurs qui voient dans tous les déchets électroniques importés par le Togo une opportunité.

L’organisme environnemental local E-Waste Centre estime que 500.000 tonnes entrent dans le pays chaque année.
À l’extérieur de son laboratoire se trouve une collection hétéroclite de vieux téléviseurs et d’autres appareils électroniques usagés répartis sur une décharge de la taille d’un terrain de tennis.

M. Foli-Bebe partage le site avec un recycleur de déchets électroniques, ce qui lui permet d’accéder facilement aux pièces de ses inventions.

Il avoue qu’il a beaucoup appris sur le recyclage avec d’autres, comme Gnikou Afate, qui a fabriqué la première imprimante 3D au Togo.
L’imprimante artisanale de M. Afate était si impressionnante qu’il a remporté le premier prix à la conférence de Barcelone sur la technologie de fabrication en 2015.

Cet innovateur de 39 ans, qui collaborait auparavant avec un autre centre technologique appelé Woelab, l’un des meilleurs de la ville, a récemment ouvert son propre laboratoire et travaille dans un petit espace de travail à côté de sa maison.
« Au début, les déchets électroniques étaient un fléau – c’est ainsi que nous les décrivions. Nos rues étaient jonchées de vieux cadavres d’ordinateurs qui pourrissaient. Mais aujourd’hui, ce problème est devenu une opportunité. Les déchets électroniques pourraient être décrits comme une mine d’or », explique M. Afate.

Seuls 41 pays dans le monde, la plupart européens, collectent des statistiques sur les déchets électroniques, selon le rapport The Global E-waste Monitor.

En 2016, environ 44 millions de tonnes de déchets électroniques ont été produits dans le monde, selon le rapport.

Les vieux téléphones portables, ordinateurs portables, téléviseurs et générateurs encombrés dans les camionnettes et les camions font partie de ce qui passe par le port de Lomé.

Les véhicules sont ouverts sur un marché à côté du port et les acheteurs se rassemblent.

Avec BBC

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :