Diplomatie

Affaire des 49 militaires au Mali : Lomé obtient la libération de 3 soldats

Premier succès de la médiation du Togo dans l’affaire des 49 militaires  interpellés le 10 juillet 2022 à l’aéroport international de Bamako et qualifiés par le pouvoir de « mercenaires ». Samedi 3 septembre 2022, trois d’entre eux ont été relâchés par le Mali pour des raisons humanitaires.

L’annonce officielle de cette libération a été faite, au cours d’un point de presse à Lomé en présence du ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye DIOP et de Fidèle Sarassoro, Directeur de Cabinet du président ivoirien, Alassane Ouattara.

La libération des trois prisonniers sous la médiation du Président togolais, Faure Gnassingbé, a dit le ministre des Affaires Étrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Professeur Robert Dussey, est un « signe d’ouverture » du Président de la transition malienne pour la résolution pacifique de cette crise.

Ce faisant, le médiateur Faure Gnassingbé a « remercié  le président de la Transition,  le Colonel Assimi GOÏTA, et le gouvernement malien pour avoir accepté de libérer les trois (03) militaires à des fins humanitaires et salue l’implication personnelle de S.E.M. Alassane Ouattara, président de la république de Côte d’Ivoire, dans la recherche d’une issue favorable à la question des quarante-neuf (49) soldats »,  mentionne un communiqué signé du ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Professeur Robert Dussey.

Lire aussi-Mali : les 49 militaires ivoiriens inculpés et écroués

Il  rassure par ailleurs que les discussions sont en cours pour que très « rapidement », les autres soldats toujours en détention puissent retrouver aussi leur liberté.

Le 10 août 2022, les 49 militaires ivoiriens ont été inculpés pour ‘tentative d’atteinte à la sûreté de l’État’ et mis sous mandat de dépôt ».

Abidjan assure que ces soldats étaient en mission pour l’ONU, dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et exige leur libération. Ce que conteste Bamako sur la base des affirmations de l’ONU.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page