International

En Afrique, le chef de l’ONU voit un continent plein « d’espoir et de potentiel »

Bien trop souvent, l’Afrique est vue de l’extérieur « à travers un prisme de problèmes », a déclaré jeudi le chef de l’ONU, António Guterres, s’exprimant dans la capitale éthiopienne, siège de l’Union africaine (UA), où il participe à la sixième conférence annuelle ONU-UA.

« Quand je vois l’Afrique, je vois l’espoir et le potentiel », a déclaré le Secrétaire général aux journalistes lors d’un point de presse à Addis-Abeba. « Je vois des pays travailler ensemble, y compris ici à l’UA, pour favoriser la paix et le développement ».

Se concentrant sur l’énorme potentiel inexploité de la jeunesse africaine, il a déclaré que « l’énergie illimitée » de cette jeunesse et ses « nouvelles façons de penser » pourraient apporter des solutions à des défis profonds, qui pourraient profiter au monde entier.

La reprise pour l’Afrique, en particulier à la lumière du déploiement inégal du vaccin contre la COVID-19 depuis 2021, a été freinée par ce qu’il a appelé « un système financier mondial moralement en faillite ».

Pris en otage par le remboursement de la dette, de nombreux pays ne peuvent tout simplement pas avancer ou investir, tandis que l’insécurité alimentaire persiste, surtout dans la Corne de l’Afrique où 36 millions de personnes sont menacées par une sécheresse historique.

De nombreux pays sont enfermés dans des spirales d’endettement, empêchant les investissements dans les systèmes et services vitaux, tandis que l’insécurité alimentaire guette des millions de personnes sur le continent.

Lire aussi-« Ne laissons pas le sida glisser au bas de la liste des priorités en Afrique »

En réponse, l’Afrique « ne reçoit que de simples gouttelettes de soutien pour s’adapter à cette destruction », a dit M. Guterres.

« Le monde compte sur l’Afrique. Mais l’Afrique ne peut pas compter sur le monde. Cela doit changer », a-t-il déclaré. « Nous devons rétablir la confiance, dynamiser le développement et placer l’avenir de l’Afrique au cœur des solutions dont notre monde a besoin ».

Premièrement, il a déclaré que l’Afrique avait besoin de nouveaux partenariats pour stimuler les économies et le développement au point mort. Les outils sont là pour fournir le soutien urgent nécessaire, mais ils doivent être utilisés « avec beaucoup plus de flexibilité et de rapidité », tels que des droits de tirage spéciaux favorables pour la liquidité et l’allégement de la dette.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :