A la unePolitique

Damehane : « Que le responsable de parti politique dit à ses militants je boycotte, et ils restent à la maison »

(24hinfo)-La semaine dernière, le ministre de la Sécurité, le général Yark Damehame, avait mis en garde contre d’éventuelles violences visant à perturber le processus électoral. « Le boycott est un choix démocratique. On ne cherche pas à casser l’isoloir ou l’urne », a averti le général Yark Damehane sur une radio privée.

Ce vendredi devant les acteurs, commandants de la force sécurité élection 2018, partis politiques, acteurs de la société civile, médias, le ministre a une nouvelle insisté sur ce point.

« Si quelqu’un cherche à entraver ou à s’opposer au processus, il trouvera la loi. Le boycott c’est démocratique, c’est un moyen légal, mais vous sortez pour faire autre chose qui n’est pas légale, vous avez la loi en face de vous. On peut ne pas dire à la Cédéao on veut la feuille de route et dire à la même Cédéao qu’on ne veut pas cette partie de la feuille de route. J’espère et je souhaite que vraiment, cette lancée va arriver à son terme et que chacun reste dans son droit et ses devoirs », a indiqué le ministre.

« Que le responsable de parti politique dit à ses militants je boycotte, et ils restent à la maison » mais si lui, il leurs dit, je boycott et ils (militants) sortent pour aller faire autre chose, qu’on nous ne parle plus de mesure d’apaisement demain », a soutenu le ministre.

Pour rappel, le ministre a précisé qu’ « il y a une force de sécurité qui a été crée pour accompagner la CENI dans l’organisation des élections. Elle prendra toutes les mesures pour garantir la sécurité avant, pendant et après les élections ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :