Politique

Situation sociopolitique : indignation de l’ANC de Jean-Pierre Fabre

(24hinfo)-L’Alliance nationale pour la Changement (ANC, opposition) a exprimé et réitéré ce jeudi « son indignation et sa réprobation contre la barbarie érigée en méthode de gouvernement » au Togo . « Elle dénonce et condamne fermement la recrudescence des forfaits perpétrés en toute impunité par les miliciens appuyés par les forces de défense et de sécurité », indique une déclaration, en date du 31 octobre signée par le vice président de ce parti, Patrick Lawson-Banku.

Dans une narration, le parti de l’opposant Jean-Pierre Fabre affirme que « malgré les nombreux appels à l’apaisement et au respect des droits et libertés des citoyens, le régime RPT/UNIR continue de fouler au pied les décisions et recommandations de la CEDEAO en poursuivant impunément les exactions ».

Pour preuve, « plusieurs villes et localités sont maintenues en état de siège ».

« L’armée, appuyée par des milices à la solde du RPT/UNIR, intervient systématiquement pour réprimer dans le sang, toute expression individuelle ou collective des libertés publiques reconnues et garanties par la Constitution, les lois de la République ainsi que les Accords et Traités internationaux », lit-on dans la déclaration.

A cela s’ajoutent des « expéditions punitives menées par des contingents de l’armée et des miliciens contre les paisibles populations, pourchassées et agressées jusque dans leurs domiciles qui sont saccagés et pillés ».

Le parti n’a pas passé sous silence les derniers évènements à Sokodé, au centre du pays, à 330 Km de Lomé. Selon l’ANC, il s’agit d’un « état de siège instauré dans la préfecture de Tchaoudjo », une « violence gratuite, caractérisée, à longueur de journées et de nuits, par des bastonnades et autres sévices corporels, des tirs d’armes de guerre et de grenades assourdissantes ».

Des actes qui amènent les populations à déserter la ville et s’inscrivent dans une  » stratégie de terreur mise en œuvre par le régime RPT/UNIR pour conserver le pouvoir et qui connaît une recrudescence à l’approche de toute échéance électorale ».

De ce fait, l’ANC appelle la Cédéao, organisation commune à 15 Etats, qui joue la facilitation dans la situation Togolaise depuis quelques mois à intervenir et mettre fin aux exactions et éviter le « scénario de 2005 ».

D’après une source officielle, les faits rapportés laissent à dormir debout. ‘C’est une pure invention’, assure-t-on.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page