Politique

UEMOA : A Lomé, les parlementaires du CIP planchent sur plusieurs sujets

Lomé, la capitale togolaise accueille depuis lundi 9 août la 48ème session ordinaire du comité interparlementaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africain (CIP-UEMOA). Une dizaine de dossiers  et communications sont inscrits à l’ordre du jour.

Communication sur la procédure de la transposition des directives communautaires dans les Etats membres de l’UEMOA et rôles des parlementaires,  sur l’état de reversement des prélèvements communautaires de solidarité  par les Etats membres de l’UEMOA,  sur le statut juridique du CIP et transition vers l’installation du parlement de l’UEMOA : Défis et perspectives, point de l’exécution du budget 2021 du CIP au 31 juillet 2021…. Voilà entre autres  sujets qui seront débattus  pendant dix jours par les parlementaires  venus  des huit pays de l’Union.

« La 48ème session ordinaire de notre organisation qui s’ouvre ce jour ici à Lome capitale de la république togolaise se tient  dans un contexte sous régional marqué par la crise sanitaire liée à la pandémie du COVID 19, à la crise sécuritaire qui secoue  certains pays de l’union », a fait observer dans son discours de lancement des travaux, le président Goakun Rossan Noël Toe. Ainsi,  la session de la Lomé permettra, selon le président de « trouver des solutions énergiques à la fois conjoncturelles mais surtout  structurelles  si l’on ne souhaite pas voir des défiances de l’autorité des Etats  par des manifestations tous azimuts dont les débordements peuvent engendrer  des pillages  de tout genre ».

Lire aussi- Session du CIP-UEMOA à Lomé : d’importantes décisions  attendues

Après  avoir dressé un  bilan morose de la situation socio-économique commune aux huit Etats membres frappés de plein fouet par la crise sanitaire, le président a  déploré  les attaques terroristes qui endeuillent les familles. « La  situation reste préoccupante dans le sahel particulièrement au Mali, au Niger et au Burkina Faso, marquée par la persistance des actions des groupes armés extrémistes »,  regrette le député Toe, qui na fait observer une minute  de silence en l’honneur des disparus.

Avant l’ouverture de la session, Pacôme Adzrouvi, quatrième vice-président du parlement Togolais a souhaité au nom de la présidente Yawa Tsègan, la bienvenue à ses collègues parlementaires.

Lire aussi-Le CIP-UEMOA plaide pour une synergie d’actions dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :