Economie

Togo : l’ANCy partage avec des opérateurs les règles de la cybersécurité

Des opérateurs de service essentiel (OSE) et des administrations publiques participent jeudi 22 septembre 2022 à à Lomé, à une session de présentation des règles de cybersécurité au Togo. L’initiative portée par l’Agence nationale (ANCy) et Cyber Défense Africa vise à partager avec les participants, le cadre juridique et les dispositions à prendre pour prévenir et lutter contre les cybermenaces.

Rançongiciel, phishing, ou encore e-mails indésirables….,  Voilà des types de cyber-attaques dont sont  victimes les entreprises et les administrations publiques. Face aux menaces accompagnées souvent de pertes financières,  les autorités togolaises ont décidé de jouer leur rôle régalien de protection et de préservation de la souveraineté du cyberespace en mettant en place, un  cadre normatif robuste et complet visant à maîtriser tous les enjeux liés à la cybersécurité.

Née des réformes entreprises, l’Agence nationale de la cybersécurité (ANCy), qui est l’autorité nationale en matière de sécurité et de défense des systèmes d’information s’affaire à faire appliquer les textes. « L’enjeu est de réduire les risques pesant sur le système, de limiter leurs impacts sur le fonctionnement  et les activités métiers des organisations publiques ou privées », a déclaré le Commandant  Gbota Gwaliba, directeur général.

Lire aussi-Togo : l’agence nationale de la cybersécurité (ANCy) se dote d’un logo

Pour cette session, les participants suivront des présentations sur l’arrêté portant adoption des règles de cybersécurité au Togo, les risques encourus ainsi que les moyens d’atténuation. « Il s’agit de mettre l’accent sur les bonnes pratiques en déclinant les enjeux et les défis de sécurisation du cyber espace », a déclaré le ministre de la sécurité et de la protection civile, général Yark Damehane à l’ouverture.

Spécifiquement, il sera question de rappeler aux opérateurs des services essentiels, l’application de la loi, la soumission au contrôle de sécurité ou de conformité destinés à vérifier le respect des textes, et surtout l’impératif de déclarer sans délai à l’ANCy, les incidents qui surviennent.  Suivant ses prérogatives, l’ANCy peut vérifier la pertinence et l’exhaustivité des listes d’infrastructures essentielles, fixer les règles relatives aux mesures de protection à mettre en œuvre, prononcer des astreintes et sanctions y compris pécunières à l’encontre des OSE qui enfreignent les règles.

Le Togo qui ambitionne de devenir un hub digital attractif pour les investisseurs- a multiplié les initiatives pour renforcer sa souveraineté numérique et assurer la  sécurité et la protection des données. Outre la création de l’ANCy, le pays s’est doté du  premier centre de données de Tier 3 (Lomé Data center)  et a accueilli en mars dernier, comme premier pays africain,  le câble sous-marin « Equiano » de Google.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page