Politique

‘Pas de solution toute faite’

Majorité  présidentielle (Unir) et opposition ont entamé ce lundi à Lomé  les discussions  dans le cadre du dialogue politique annoncé depuis des mois. L’ouverture officielle a été marquée par le discours du président   ghanéen, Nana  Akufo-Adddo, facilitateur de la crise.

Ce dialogue ouvert ce  jour 19 février  devra permettre aux deux parties   à savoir pouvoir et  opposition  d’aplanir les divergences  pour aboutir  à des réformes constitutionnelles consensuelles, source du conflit depuis  6 mois, jour pour jour.

A l’ouverture, le président Ghanéen  a   clairement signifié que son implication dans la crise togolaise   vise à  aider les togolais à régler eux-mêmes leur propre problème.

‘Je  suis venu ici parce que je suis un ami, un frère  mais sans  aucune prescription ou baguette magique pour imposer ou prescrire une solution (…) Nous devons apprendre à régler nos problèmes nous-mêmes’ a déclaré  Nana Akufo-Addo devant une assistance composée de responsables politiques, ambassadeurs, représentants d’institutions internationales, la société civile etc…

« La paix, la liberté et la stabilité du peuple togolais est quelque chose qui n’est tout simplement pas négociable. Je n’ai pas de parti pris, je suis venu ici pour soutenir un dialogue qui va faire que le peuple togolais et ses intérêts sont bien pris en compte’, ajoute-t-il.

Le dialogue ouvert ce  jour s’étendra sur 10 jours au minimum autour des points préalablement définis par le comité préparatoire.

Germain

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page