Culture

« La filière textile est porteuse », Abdoulaye Mosse, commissaire du SITA

Au deuxième jour du salon international du textile africain (SITA) qu’accueille Lomé, s’est tenue la conférence sur le thème, « Industrie du pagne en Afrique : innovation et intelligence collective au service de l’autonomisation des femmes et des jeunes ».  Une occasion pour les participants de débattre de la contribution de l’industrie du pagne dans la promotion de l’emploi des femmes et des jeunes en Afrique, et les défis à relever pour une plus grande contribution.

Pour le commissaire général du salon, Abdoulaye Mosse,  la conférence  est l’une des activités phares du SITA depuis sa création en 2009.  Elle réunit chaque année des décideurs politiques, des conférenciers panélistes, des acteurs majeurs de la filière du textile africain, des artisans spécialisés, des industriels du coton et du textile et des experts du commerce africain et international.

« Le choix du thème de cette édition se justifie par le fait que l’autonomisation des femmes et des jeunes constitue une problématique majeure en Afrique d’où sa prise en compte dans les politiques publiques de développement des institutions et des Etats africains », a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre togolais chargé de l’artisanat, Hodin Kokou a indiqué le thème de l’acte 8 du SITA,  interpelle tous les acteurs et les dirigeants, en ce sens qu’il permet d’approfondir les réflexions sur les défis de transformation locales des matières premières, parmi lesquelles le coton.

« Nous devons nous donner les moyens nécessaires pour relever avec brio ce défi par le développement des technologies appropriées, le partage d’expérience avec les collaborations sud-sud, et la mutualisation de nos ressources », a affirmé le ministre.

En marge de la conférence, le Togo a partagé son expérience dans la commercialisation des pagnes en Afrique. Une communication suivie par deux autres sur le thème, « contribution des professionnels au développement de la filière textile en Afrique » et « transformation artisanale du coton comme facteur d’amélioration et de sécurisation des revenus des producteurs ».

Lire aussi-C’est parti à Lomé pour le huitième salon international du textile africain

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page