Flash Info

« C’est par les réformes que nous pouvons améliorer notre gouvernance quotidienne »

(24hinfo)-La 17ème revue de mise en œuvre des réformes dans les différents départements ministériels et institutions du pays s’est ouverte ce mardi 6 novembre à Lomé. Organisée deux fois dans l’année, elle permet aux acteurs de faire le point sur l’état d’exécution des réformes ainsi que l’évaluation de la performance conformément à la stratégie des réformes adoptée depuis 2010.

De fait, la présente revue permet aux participants d’évaluer la performance des réformes à fin juin 2018, d’identifier les points d’amélioration, puis de proposer des mesures d’ajustement afin d’accélérer lesdites réformes pour le reste de l’année 2018.

Lire aussi http://24heureinfo.com/le-chantier-des-reformes-est-vaste-mais-il-avance/

En reprenant pour son compte, un extrait du discours du Chef de l’Etat à la nation le 27 avril 2018, « Fidèle à sa vocation première qui est d’être au service de la nation, le gouvernement poursuivra la mise en œuvre progressive de réponses innovantes qui contribuent réellement à l’amélioration des conditions de vie des populations », le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya a indiqué que « la réalisation des réformes dans tous les secteurs a permis d’améliorer la performance économique de notre pays au cours de ces dernières années ».

« Les prochaines consultations électorales permettront de consolider les efforts du Gouvernement en matière de gouvernance politique, économique et sociale, gage du développement national », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, précise l’ancien Administrateur Provisoire de la BTCI, l’orientation stratégique, énoncée dans le projet de société du Chef de l’Etat, est reprise dans le plan national de développement (PND) 2018-2022 adopté par le Gouvernement le 03 août 2018 et décliné en trois axes stratégiques, à savoir : mettre en place un hub logistique d’excellence et un Centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région ; développer des pôles de transformation agricole, manufacturiers et d’industries extractives puis consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion.

« C’est par les réformes que nous pouvons améliorer notre gouvernance quotidienne tant des affaires publiques que privées en acceptant de nous remettre chaque fois en cause pour nous orienter vers la gestion axée sur les résultats prescrite par le budget programme », a rappelé le ministre.

Pour ce faire, le budget programme, institué dans l’espace UEMOA et dont l’expérimentation va démarrer dans le pays en 2019, devra conduire à une meilleure performance, grâce à la gestion axée sur les résultats ».

Adopté sur la période 2019-2021 en Conseil des ministres du 3 octobre et objet de débat sans vote à l’Assemblée nationale, le budget programme sera exécuté en mode test dans le système d’information en parallèle avec le budget moyen au cours de l’année 2019 avant son basculement au cours des prochaines années dès que les conditions seront jugées optimales.

« Il s’agit d’une approche de gestion qui met la qualité des services publics offerts aux citoyens au cœur des préoccupations de l’action publique’, fait savoir le ministre.

La satisfaction des citoyens étant au premier plan de l’action du Gouvernement, elle sera désormais mesurée par des indicateurs de performance affectés à chaque responsable de programme désigné nommément dans son ministère ou institution.

C’est en ce sens que budget programme, outil de la gestion axée sur les résultats, « constitue la première étape d’un processus visant à développer une culture de la performance. Désormais, la reddition des comptes de l’Etat sera complétée par des rapports annuels de performance (RAP) contenant une évaluation de l’efficacité et de l’efficience de la gestion des affaires publiques », a insisté M. YAya.

Lire aussi : http://24heureinfo.com/fmi-les-risques-lies-aux-tensions-sociopolitiques-se-sont-attenuees/

Dans son intervention, le ministre n’a pas manqué de rappeler le satisfecit adressé au Gouvernement par le Fonds monétaire international (FMI) dans la bonne conduite du programme de facilité élargie de crédit (FEC) et le classement du Togo au sixième rang des dix (10) pays réformateurs en Afrique.

Lire aussi http://24heureinfo.com/performances-doing-business-2019-le-merite-revient-a-tous-les-acteurs-sandra-johnson/

Tout en se félicitant de ces avancées, le ministre a renouvelé l’engagement du gouvernement à poursuivre les efforts.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page