International

La tolérance et la concorde pour lutter contre l’extrémisme religieux

Juste après l’ouverture de la réunion délocalisée du parlement de la Cédéao à Praia (Cabo Verde) sur le thème: ‘’tolérance et concorde religieuses : facteurs essentiels de développement, de paix et de stabilité dans l’espace CEDEAO’’, mercredi 14 septembre 2022, les participants ont écouté et échangé sur  deux  communications  relatives au thème.

Le premier exposé a été fait par l’iman Djiguiba Cissé, recteur de la mosquée Salam du Plateau à Abidjan en Côte d’Ivoire. Cette communication a consisté en une approche conceptuelle qui a permis à l’imam de définir les valeurs que véhiculent les religions qui se pratiquent en Afrique de l’Ouest. Il a ensuite expliqué comment les leaders religieux contribuent ou devraient contribuer à la promotion et à la préservation de la paix et de la stabilité dans l’espace CEDEAO.

Pour le recteur de la mosquée Salam du Plateau , les leaders religieux sont des formateurs et des réformateurs en plus d’être des médiateurs et des communicateurs dans l’objectif d’impacter la cohésion sociale et la réconciliation nationale. Cet important rôle qu’ils jouent, plonge ses racines selon l’imam, dans les valeurs des principales confessions que l’on rencontre en Afrique de l’ouest.

Lire aussi-CEDEAO : le président de la commission chez Faure Gnassingbé à Lomé

Ces valeurs sont la fraternité et l’amour du prochain ; la justice et l’équité ; le respect des droits humains ; l’égalité des peuples et des nations, a énuméré le conférencier.

La deuxième communication faite aux participants de cette réunion délocalisée du Parlement communautaire s’est également conclue par un appel à promouvoir davantage la tolérance et le vivre-ensemble des populations de l’espace CEDEAO.

Le Communicateur, le professeur Usman Muhammad du département des relations internationales de l’université de Kaduna au Nigeria, a invité les députés communautaires à adapter les législations nationales au besoin urgent de résilience et de lutte contre l’extrémisme violent.

Lire aussi-Affaire des 49 militaires ivoiriens : Ouattara veut convoquer une session des chefs d’Etat de la Cédéao

Dans sa communication, l’universitaire soutient que les législations en vigueur dans les pays membres de la CEDEAO sont pour la tolérance et la liberté de culte. Mais la réalité du terrain est différente, selon lui, vu les manifestations de l’extrémisme religieux qui affectent plusieurs Etats.  Il invite donc les parlementaires à adopter des lois nationales qui répriment davantage ces dérives et promeuvent la tolérance et la concorde religieuses.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page