Société

Journée internationale de la femme : le pagne du 8 mars, la grande attention ?  

Ce mardi 8 mars est  célébrée à travers le monde entier la Journée internationale de la femme.  L’événement qui symbolise la résistance des femmes contre l’injustice et toutes les formes de discriminations est l’occasion pour elles d’interpeller la conscience de l’humanité sur leurs conditions d’existence pour le moins désastreuses.

Commémorée depuis des années, la journée de la femme- sans exagérer- commence à porter ses fruits en ce sens que de plus en plus, les contraintes socioculturelles commencent par se lever et les Etats semblent donner une place à la promotion de la femme togolaise.

Mais le combat est loin d’être gagné tant la pauvreté, la disparité ont de plus en plus un visage féminin.

Ce mouvement émancipateur observé chaque 8 mars chez les femmes du monde entier en faveur d’un développement humain durable se heurte généralement au côté festif et le Togo ne fait exception.

Elles sont nombreuses les femmes qui ne retiennent que son aspect festif et grandiose. Il suffit de voir comment elles se bousculent pour les pagnes du 8-Mars pour s’en convaincre. Le pagne devient même plus important que la réflexion sur le thème de la journée. Des réjouissances par là et par ici et c’est fini. Des tables rondes organisées dans tous les coins par des organisations de la société civile et soi-disant défenseurs des droits de la femme pour justifier les dépenses inutiles en laissant de côté l’important.

Mais il faudra que ça change. Les femmes togolaises devraient de plus en plus reléguer au second plan ce côté festif pour privilégier le thème.

Cette journée doit être une occasion pour faire le bilan des activités menées au plan national pour la promotion et le bien-être de la femme togolaise.

Lire aussi-Togo : lancement des préparatifs de la journée internationale de la femme

Elle doit être une occasion propice de partage d’expériences, de propositions, dont l’objectif premier est la réussite des combats engagés au profit de la femme.

Sans cette prise de conscience collective, les journées du 8 Mars serviront à rien, sinon qu’à amuser la galerie : elles se suivront et se ressembleront toujours.

Depuis que cette journée est célébrée officiellement au Togo, quel bilan peut-on faire ? A-t-elle un impact positif sur les conditions de la femme ? Telles sont, entre autres, les questions qui doivent préoccuper chaque 8 mars et non celles liées aux pagnes.

Bref, il faudrait repenser la célébration de cette journée dont l‘organisation coûte certainement des millions. Des sommes qui peuvent être investies autrement. La nécessité de repenser la donne s’impose donc.

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page