Société

Rentrée scolaire, vie chère, recrutement : le gouvernement togolais fait le point avec les acteurs sociaux

Le ministre de la fonction publique Gilbert Bawara a rassuré vendredi 9 septembre 2022 à Lomé de l’engagement du gouvernement à améliorer les conditions de travail et de vie des togolais. Intervenant lors d’une nouvelle session du conseil national du dialogue social (CNDS), il a réaffirmé la volonté et la disponibilité du gouvernement à œuvrer pour des solutions idoines et durables aux problèmes soulevés par les syndicats.

Pour le ministre Gilbert Bawara entouré  pour la circonstance de neuf autres membres du gouvernement, la réunion qui intervient à quelques jours de la rentrée scolaire prévue le 26 septembre prochain vise à faire le point  avec les acteurs des engagements pris par le gouverement avec les acteurs sociaux.

« Nous nous sommes rendus compte que les dispositions et les engagements qui avaient été souscrits dans le protocole d’accord relatif au secteur de l’éducation signé en 2019 et le mémorandum d’entente sur le secteur de l’éducation signé le 10 mars 2022, sont respectés », a déclaré le membre du gouvernement, qui promet pour les prochains jours, la proclamation des résultats du concours de recrutement des enseignants  qui prendra aussi en compte les enseignants volontaires.

Dans le secteur de la santé, des pas de géants ont été affranchis dans la réponse aux doléances posées. Le représentant des syndicats de la santé, Dr Gilbert Tsolényanou a salué la publication début août  d’une liste additive de 536 agents pour compléter la liste de 700 agents recrutés en 2021 dans le secteur de la santé, conformément à un engagement pris par le gouvernement.

Pour le reste, les officiels ont marqué une oreille attentive et un intérêt par rapport aux difficultés qu’éprouvent les travailleurs de cette corporation et l’ensemble de la population togolaise en général, face au phénomène de la vie chère.

Lire aussi-Togo : les Syndicats invités à proscrire les « attitudes de défiance à l’autorité »

Les préoccupations et les propositions faites à cet effet ont été notées par le gouvernement qui va poursuivre ses réflexions et naturellement, toute mesure qui pourrait être envisagée dans les limites des ressources publiques sera prise.

Déjà le ministre de l’Economie et des finances, Sani Yaya a  insisté sur les actions en cours pour le contrôle des prix sur  les marchés, notamment sur les produits qui sont exonérés de taxes ou d’impôts.

Avec Togo presse

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page