Sport

Togo : Le sélectionneur Claude le roy (enfin) limogé par la FTF

Difficile à supporter. L’accumulation des défaites et l’élimination du Togo de  la prochaine Coupe d’Afrique des nations à 24 Etats a enfin  fait prendre conscience à la fédération togolaise de football (FTF), qui selon les informations a limogé Claude le Roy à la tête de la sélection nationale.

« De sources sûres, le technicien français a été viré par la Fédération togolaise de football. Il lui est reproché son manque criarde de résultat à la tête de la sélection togolais qu’il n’a pas pu qualifier ni pour la CAN 2019, ni pour la CAN 2021, toutes deux des compétitions élargies à 24 sélections », ont écrit nos confrères de Africatopsports.

Recruté en avril 2016, Claude Le Roy ne poursuivra pas son aventure à la tête de l’équipe nationale du Togo après le match contre le Kenya, comptant pour la 6è et dernière journée des éliminatoires de la CAN 2021.

Lire aussi-Claude le Roy répond à ses détracteurs : « ça va payer un jour »

A la tête de l’équipe nationale togolaise de football, le technicien français a coché 35 rencontres pour seulement 9 victoires, 12 nuls et 14 défaites.

« Les résultats viendront avec ou sans moi, on est en train de planter des graines dans ce football Togolais, ça va payer un jour mais il faut être patient … », a indiqué le sélectionneur des Éperviers du Togo à la fin du match nul face aux Comores jeudi 25 mars 2021 à  Moroni. Un score qui élimine le pays de Faure Gnassingbé   de la prochaine CAN et donne une qualification historique  aux Comores.

Si Claude le Roy évoque le départ des générations d’Adebayor Sheyi pour justifier ses déboires avec les éperviers, il croit tout de même aux Djene et à Ihlas Bebou  qui sont « les meneurs actuels du groupe ».

« Avoir un peu de honte »

L’élimination du Togo a remis au goût du jour la demande incessante du départ du sélectionneur français à la tête des Eperviers du Togo. Pour Gerry Taama,  le sorcier blanc doit « avoir un peu honte ».

« Même si la fédération ne peut pas vous licencier, même si le ministère des sports ne le peut pas non plus, même si vous êtes payés par l’Onu ou je ne sais qui, un moment il faut cesser d’être opportuniste et avoir un peu de fierté », a lancé le député de l’Assemblée nationale qui poursuit : « Ça suffit. Si on n’a pas d’entraîneur, Abalo Dosseh peut bien faire l’affaire. Nous même on va se cotiser pour le payer »

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :