Développement

L’avenir de la nourriture dans le monde pourrait-il dépendre de ce que fait l’Afrique avec l’agriculture?

(24hinfo)-S’adressant à une foule de spécialistes mondiaux de l’agriculture au siège de la FAO à Rome, le lauréat du Prix mondial de l’alimentation 2017 et président de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, dit que la réponse est oui!
Il pense que l’Afrique n’a pas besoin d’aide mais d’investissements disciplinés. Selon ce petit-fils d’un agriculteur de subsistance, le moment est venu de considérer les opportunités d’investissement et de développement en Afrique sous un angle totalement différent.
Avec plus de 800 millions de personnes dans le monde souffrant de la faim et plus de deux milliards de personnes touchées par la malnutrition, l’insécurité alimentaire demeure une menace réelle pour le développement mondial.
Adesina, qui lance un appel mondial pour un leadership visionnaire renouvelé et des alliances stratégiques, «l’avenir de l’alimentation dans le monde dépendra de ce que fait l’Afrique avec l’agriculture».
La Banque africaine de développement, qu’il dirige, envisage un continent en sécurité alimentaire qui utilise des technologies de pointe, s’adapte de manière créative au changement climatique et développe une toute nouvelle génération de «agripreneurs» – des jeunes et des femmes capables au niveau suivant.
D’ici 2050, 38 millions d’Africains supplémentaires auront faim. Le paradoxe du manque au milieu de l’abondance et le développement croissant de la jeunesse en Afrique sont quelques-unes des raisons pour lesquelles le sentiment d’urgence d’Adesina fait écho aux nombreux dirigeants gouvernementaux, privés et multilatéraux lors de voyages européens et asiatiques récents. Le banquier et lauréat du Prix mondial de l’alimentation 2017 seront les premiers à admettre qu’il se considère lui-même comme «l’évangéliste en chef» pour une Afrique en sécurité alimentaire.
L’Afrique continue d’importer ce qu’elle devrait produire, dépensant chaque année 35 milliards de dollars en importations de produits alimentaires, chiffre qui devrait atteindre 110 milliards de dollars en 2025 si les tendances actuelles se poursuivent.
Quelques jours plus tard, Adesina a rejoint le président de la Fondation Rockefeller, Raj Shah, le PDG d’Unilever, Paul Polman, et les candidats au Prix mondial de l’alimentation en 2018, Lawrence Haddad et David Navarro, parmi d’autres éminents experts universitaires plaider en faveur d’une action collective urgente des acteurs étatiques et non étatiques pour accélérer la croissance et la transformation de l’agriculture en Afrique.
L’Afrique ne reçoit que 2% des 100 milliards de dollars de revenus annuels générés par les chocolats. Adesina dit à son auditoire que «la valeur ajoutée de la production des nations est le secret de leur richesse. Produire du chocolat au lieu d’exporter simplement des fèves de cacao n’a pas besoin de la science des fusées ».
Pour élargir les opportunités pour les jeunes, les femmes et les acteurs du secteur privé, Adesina a pour mission de promouvoir et d’appuyer le programme AFAWA (Affirmative Finance for Women in Africa) qui vise à mobiliser 3 milliards de dollars pour aider les femmes accès au financement, aux terres et aux titres fonciers; un programme ENABLE Youth de 300 millions de dollars pour développer la prochaine génération d’agro-industries et d’agriculteurs commerciaux en Afrique; et un nouveau marché mondial de l’investissement, le Forum africain sur l’investissement, qui se tiendra à Johannesburg du 7 au 9 novembre.
Lors de réunions séparées avec Sigrid AM Kaag, ministre du commerce extérieur et de la coopération au développement, à La Haye; Peter van Mierlo, PDG de la Banque néerlandaise de développement entrepreneurial (FMO), acteurs clés du secteur privé et membres du Conseil néerlandais des affaires étrangères, a déclaré que l’Afrique et ses partenaires devaient saisir des opportunités sans précédent pour des partenariats innovants et un impact accru sur le développement.
M. Mierlo estime qu ‘«un énorme avantage pour l’Afrique est qu’elle peut sauter des cycles de développement que la plupart des pays développés ont dû souvent traverser en déployant de nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle et la robotique en agriculture».
Dans un continent où plus de 640 millions de personnes sont privées d’électricité, Adesina affirme que le secteur privé est essentiel au développement de l’Afrique dans les secteurs de l’énergie et de l’agriculture en Afrique.
«Si l’Afrique doit inverser la tendance de la migration irrégulière, c’est essentiel. Nous pouvons collaborer de trois manières: soit par le biais du mécanisme de préparation des projets d’infrastructure du NEPAD, d’Afrique 50 – une institution de capital-investissement qui a collecté plus de 850 millions de dollars américains auprès de 22 pays et du nouveau Forum africain de l’investissement.
Adesina reconnaît que le manque d’électricité constitue le principal obstacle au développement de l’Afrique. La nouvelle et ambitieuse initiative de la Banque en faveur du désert , qui vise à générer 10 000 MW d’électricité dans la région du Sahel en Afrique, sera essentielle pour réduire les impacts des migrations et du changement climatique. Nous le ferons au moyen d’un mécanisme de financement mixte assorti de garanties », a déclaré M. Adesina.
S’adressant à une table ronde de haut niveau sur les chefs d’entreprise néerlandais à l’Agence néerlandaise pour les entreprises (RVO), a informé les principaux dirigeants du secteur privé que «les structures de gouvernance et les environnements réglementaires des entreprises évoluent en Afrique. En effet, plusieurs pays africains ont déjà réalisé des progrès significatifs dans l’amélioration de leur environnement général des affaires et de l’investissement. L’Afrique se porte mieux que certains pays d’Asie », a-t-il rappelé à son auditoire. «Dans le secteur de l’énergie, la Banque africaine de développement investit 12 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, dans le but de mobiliser entre 40 et 50 milliards de dollars; et 24 milliards de dollars américains supplémentaires, sur dix ans, en agriculture pour mettre en œuvre sa stratégie Feed Africa. »
L’agriculture prend progressivement le devant de la scène
La stratégie porte déjà ses fruits avec la création de zones de transformation des cultures discontinues dans plusieurs pays africains, notamment en Éthiopie, au Togo, en République démocratique du Congo et au Mozambique, avec un plan visant à atteindre 15 pays dans quelques années.
Adesina affirme que «ces zones agricoles formeront le noyau d’une nouvelle vague d’agro-industries et de nouvelles entreprises, attirant des agripreneurs, des entreprises de biotechnologie, des investissements intellectuels et des capitaux. Ils veilleront également à ce que les aliments soient transformés et emballés à l’endroit où ils sont produits, plutôt que dans des centres urbains éloignés des centres de production. »
Décrite comme un visionnaire optimiste par de nombreux collègues, Adesina pense que les politiques et les investissements de la banque aideront à transformer les zones rurales des zones de misère économique en zones de prospérité économique.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page