Société

Gestion des catastrophes : l’appel à l’union sacrée de Yark Damehane

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, a commémoré ce jeudi  1er mars à Lomé  la journée   mondiale de la protection civile sous le thème ‘la protection civile et les institutions nationales pour une gestion plus efficace des catastrophes’.

Elle a été instituée par décision de l’Assemblée Générale de l’OIPC en 1990,  et célébrée le 1er Mars de chaque année.

Objectif attirer l’attention du public sur l’importance de la Protection Civile, et le sensibiliser aux mesures de préparation, de prévention et d’autoprotection face aux accidents et catastrophes et rendre hommage aux efforts, sacrifices et réalisations du personnel à l’ensemble des services nationaux chargés de la lutte contre les catastrophes.

Pour la célébration au Togo, le ministère  de la protection civile, a  organisé une table ronde  autour du thème choisie  précédée  d’une caravane dans  la capitale.

A l’ouverture des débats, le ministre  en charge de la  protection civile,   Colonel Damehame YARK a appelé  toutes les structures impliquées dans la gestion des catastrophes  à  fédérer toutes les énergies et à mutualiser toutes les actions pour une gestion efficace des risques dans le pays.

Dans son message adressé à la communauté internationale à cette occasion, Vladimir Kuvshinov, secrétaire général de l’OIPC, a souligné que l’expérience au niveau international a montré que la meilleure façon d’accroître l’efficacité de la gestion des catastrophes et des urgences est de créer un système national de gestion des catastrophes dans chaque pays pour coordonner les activités des autorités locales, régionales et nationales chargées de la réduction et de la prévention des risques ainsi que de la réhabilitation.

“Un système national moderne de gestion des catastrophes doit être capable d’accomplir de nombreuses tâches difficiles, notamment le développement de normes juridiques et réglementaires, la préparation du public, la prévision d’événements, l’évaluation de l’ampleur des situations d’urgence et des conséquences socio-économiques, la réduction des catastrophes et la réhabilitation, outre le développement de la coopération internationale dans le domaine de la protection de la population et des territoires”, a-t-il dit.

Kuvshinov a, également, relevé qu’afin de réaliser ces tâches importantes et complexes, chaque pays devrait s’efforcer de créer un centre national de gestion des catastrophes afin de coordonner les activités des organismes gouvernementaux et des services nationaux et municipaux dans le cadre de son système national de gestion des catastrophes.

Il a, par ailleurs précisé, qu’aujourd’hui, avec le soutien de ses Etats membres, l’OIPC apporte une contribution importante à l’échelle mondiale à travers la création du Réseau mondiale des centres de gestion des catastrophes. Ce réseau, a-t-il poursuivi, facilitera l’échange d’informations sur l’évolution des risques de catastrophe et des situations d’urgence et la coordination des mesures prises en temps voulu pour les contrôler ou les éliminer.

La rencontre a connu la participation  de  Khardiata Lo N’DIAYE, représentante résidente du PNUD au Togo, du ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières,  André JOHNSON et du directeur Général de l’ANPC, Lieutenant-colonel Yoma BAKA.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page